Sujet examen blanc 2011

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (671 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet 1

Chacun de nous, sans être homme public, a pu constater qu’un fait qui le concerne, ou dont il est témoin, rapporté dans un journal, l’est presque toujours sous une forme inexacte, etparfois violemment contraire à la réalité. Que sera-ce s’il s’agit d’hommes publics ! On m'a cité des interviews de personnages très importants, parues dans un journal important lui aussi, et imaginairesd'un bout à l'autre : l'interview n'avait pas été prise ! […]
Le moyen le plus puissant et le plus répandu qu'ait de nos jours le monde des choses inférieures pour menacer l'homme de la rue dans sapossession de soi-même, la presse, le fait donc vivre dans un univers de fictions. Plus encore qu'au cours des siècles passés, l'imposture est son élément. Qu'on ne juge pas que j'ai donné ici une parttrop grande à la presse. N'importe quelle insanité sociale, entre autres la guerre, la faire accepter est l'affaire d'une campagne de presse de six semaines. Notre condition, notre vie, les vies deceux qui nous sont chers, sont à la merci des directeurs de journaux, et des journalistes.
L'actualité entre en nous d'une autre manière, par l'information orale.
Je demandais un jour à M.Doumergue[1] : « Combien y a-t-il d'hommes, dans toute la France, qui connaissent la réalité de la situation ? Deux mille ? » Il me répondit : « Pas même. »
Supposons néanmoins que notre information nous viennepar un de ces « moins de deux mille ». L'informateur voit la réalité, ou plutôt ne voit que son apparence : première perte de réalité, par rapport à nous. Il a sur elle une opinion, qui après toutn'est qu'une opinion : seconde perte de réalité. Nous prenons cette opinion, que nous arrangeons à notre manière, et qui au surplus, en cet état, n'est encore qu'une opinion : troisième et quatrièmepertes de réalité. Si l'on veut bien admettre que la plupart des informations que nous recueillons dans le monde ne nous viennent pas de première, mais de seconde et troisième main, et qu'en cours de...
tracking img