Tartuffe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 86 (21284 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Discours de De Gaulle à Bayeux, 16 juin 1946 |
  | Discours de Bayeux, 16 juin 1946Invité par la municipalité de Bayeux pour le deuxième anniversaire de la libération de la ville, de Gaulle prononce un grand discours sur la future Constitution de la France :" L'unité, la cohésion, la discipline intérieure du gouvernement de la France doivent être des choses sacrées, sous peine de voirrapidement la direction même du pays impuissante et disqualifiée. Or, comment cette unité, cette cohésion, cette discipline, seraient-elles maintenues à la longue si le pouvoir exécutif émanait de l'autre pouvoir auquel il doit faire équilibre (...) ? C'est donc du chef de l'Etat, placé au-dessus des partis, (...) que doit procéder le pouvoir exécutif. Au chef de l'Etat la charge d'accorder l'intérêtgénéral quant au choix des hommes avec l'orientation qui se dégage du Parlement (...). A lui l'attribution de servir d'arbitre au-dessus des contingences politiques (...). Soyons assez lucides et assez forts pour nous donner et pour observer des règles de vie nationale qui tendent à nous rassembler quand, sans relâche, nous sommes portés à nous diviser contre nous-mêmes ! "Charles de Gaulle, Discours etmessages, Berger-Levrault, 1946, et Plon, 1970. |
Questions :
1 - Quelle est la nature du texte ? Présentez son auteur et le contexte de la rédaction.2 - Que redoute l'auteur dans sa première phrase ? La suite des événements lui a-t-elle donné raison ?3 - Quel est cet " autre pouvoir " dont parle l'auteur ? Que dénonce-t-il ?4 - Qui doit, selon l'auteur, jouer le premier rôle dans la directiondu pays ? Pourquoi ?Eléments de réponse :
1 - Ce texte est un discours prononcé en juin 1946 par le général de Gaulle, l'ancien chef de la France libre au cours de la Seconde Guerre, devenu chef du Gouvernement provisoire de la République française. Le général de Gaulle a quitté volontairement en janvier 1946 la place qu'il occupait à la tête du gouvernement provisoire de la République française.Il était en désaccord avec les partis.2 - Il redoute que le gouvernement de la France manque d'unité et que son action soit, par conséquent, affaiblie. L'histoire de la IVe République lui donne raison : les gouvernements successifs sont souvent impuissants et sont très vite renversés. L'instabilité ministérielle est grande.3 - L'autre pouvoir dont parle Charles de Gaulle est le pouvoirlégislatif. Il dénonce le fait que le pouvoir exécutif - notamment le gouvernement - puisse émaner du pouvoir législatif (Assemblée nationale).4 - Pour répondre à cette question, reporte-toi à la fiche "notion importante" intitulée "La Ve RépubliqueEntre temps, lors d'un célèbre discours prononcé à Bayeux (juin 1946), le général de Gaulle critique la Constitution qui se profile à l'horizon : il reproche auprojet de donner trop de poids à l'Assemblée nationale, qui pourra si elle le souhaite contrôler et renverser le chef du pouvoir exécutif. De Gaulle voit dans ce projet un risque d'instabilité gouvernementale la guerre d'Algérie |
  |
Accords d'Evian : signés le 18 mars 1962, les accords d'Evian mettent un terme à la guerre d'Algérie. Ils sont l'aboutissement de négociations très difficiles,entamées en mai 1961 par les représentants du gouvernement français (conduits par le ministre pour les Affaires algériennes Louis Joxe) et ceux du Gouvernement provisoire de la République algérienne (conduits par Belkacem Krim, maquisard du FLN devenu ministre des Affaires étrangères du GPRA). Pour faciliter le début des négociations, de Gaulle proclame un cessez-le-feu unilatéral, fait libérer 6000 prisonniers FLN et améliore les conditions de détention du leader algérien Ben Bella. Les négociations seront suspendues à plusieurs reprises pour cause de désaccords sur certains points, notamment la souveraineté algérienne sur le Sahara. La signature des accords d'Evian, le 18 mars 1962, est suivie de l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu le 19 mars 1962. Le 8 avril, par référendum, 90%...
tracking img