Tartuffe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1326 mots )
  • Téléchargement(s) : 1
  • Publié le : 8 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
COMMENTAIRE TARTUFFE, SCENE 6, ACTE III

Molière est l’auteur de l’œuvre Tartuffe ou L’Imposteur dont est issu l’extrait que nous commentons. Né Jean-Baptiste Poquelin, Molière est un dramaturge et acteur de théâtre français du XVIIème siècle. Il présenta la pièce de théâtre Tartuffe ou L’Imposteur en 1664 au roi Louis XIV qui l’apprécia. Mais, sous l’influence de la Compagnie duSaint-Sacrement, la pièce fut interdite. En effet, en écrivant cette pièce, Molière s’attaque à une partie des dévots de son époque. Le personnage principal, Tartuffe, est un hypocrite et un faux dévot qui prend plaisir à tromper son monde. Dans cet extrait, Orgon, grand bourgeois ayant une grande affection pour Tartuffe, vient d’entendre de la bouche de Damis, son fils, que le faux dévot a tenté de séduire safemme, Elmire, qui a elle-même confirmé. Alors que tout l’accuse, nous verrons comment Tartuffe arrive à manipuler Orgon, avant de s’intéresser aux procédés utilisés par Molière pour traduire l’hypocrisie, la naïveté et la religion.

Cet extrait est caractérisé par un net déséquilibre dans la répartition des répliques puisque, celles de Tartuffe s’étalent à deux reprises sur plus de dix vers,tandis que celles de Damis sont brèves ou tronquées. Cette différence fait apparaître un besoin de justification de la part de Tartuffe, démontrant ainsi un sentiment de culpabilité.
Toutefois, Orgon reste aveuglé. Tartuffe ne nie pas les accusations de Damis à son encontre, mais s’accuse au contraire de tous les péchés imaginables. Tartuffe s’accuse de plus grands méfaits que ceux qu’il acommis. Nous notons ainsi une gradation (de « méchant » v. 1074, il devient « le plus grand des scélérats » v. 1076, de « perfide » v. 1101, il devient « homicide » v. 1102) et une exagération (utilisation du superlatif « le plus » v. 1076, répétition du terme « crimes » v. 1078 et 1106) du personnage au fur et à mesure de l’extrait. De surcroît, durant sa première réplique, Tartuffe se sert d’uneaccumulation de termes péjoratifs (« souillures », « crimes », « ordures », …) pour parler de son crime sans jamais le nommer. Ces procédés ont pour dessein d’inspirer de la pitié à Orgon. Tartuffe tente d’exagérer sa faute et de ternir volontairement son image aux yeux de ce dernier. Cette extrême opposition entre les paroles de Tartuffe et les sentiments du grand bourgeois font penser à celui-ciqu’il s’agit d’une situation irréel. Orgon ne décèle dans ce mea culpa excessif qu’une preuve de plus de l’admirable humilité de son « frère », et s’enfle de rage contre son fils, qu’il prend pour un vil calomniateur.
Tartuffe incarne son personnage de saint homme et d’individu droit jusqu’à la fin en prenant la défense de Damis. D’ailleurs, durant toute la première réplique se mêlent vocabulairereligieux (« pécheur », « ciel », « courroux ») et vocabulaire judiciaire (« crimes », « forfait », « criminel »). Par ces emplois, Tartuffe grossit l’égo d’Argon en l’invitant à se substituer à Dieu pour le punir. Il fait également paraître le moment comme une épreuve divine par laquelle Dieu teste sa foi (v. 1079 et 1080). Ceci permet à Tartuffe de paraître encore plus dévot qu’il ne l’est déjàpour Orgon. Par l’usage de trois impératifs à valeur d’ordre (v. 1083 et 1084), Tartuffe se pose en être inférieur vis-à-vis d’Orgon, et l’invite à le renier, à le chasser. Là encore, le faux dévot fait preuve d’habileté pour susciter les bons sentiments de son « frère ». En effet, même si Tartuffe invite Orgon à le percevoir comme un imposteur à plusieurs reprises (v. 1093 à 1096), il cultive enmême temps le lien particulier qu’ils entretiennent en l’appelant « mon frère ». Ce procédé lui permet de manipuler les sentiments d’Orgon qui apparaît très naïf. Il mène d’autant mieux les débats que, suite à une accumulation de phrases interrogatives (v. 1093 à 1096), il ne laisse pas à Orgon le temps de répondre. Il crée ainsi une accélération du rythme afin de ne pas laisser la possibilité de...
tracking img