Terrorisme, medias et democratie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4626 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction :

Défini comme l'utilisation de la violence ou de sa menace pour susciter une peur extrême ou terreur au sein d'une population cible, le terrorisme implique l'existence de cinq sortes de « partenaires »: (1) les commanditaires, organisations et acteurs; (2) les victimes directes ou indirectes; (3) la population cible; (4) les gouvernants; (5) les médias, complices involontairesdes terroristes dont ils font connaître l'existence et les actions. Heureusement, le commentaire du journaliste vient atténuer le choc émotionnel né de la perception des images de violence et procure un effet de catharsis, ou soulagement éclairé. Ensuite, une des fonctions des médias est d'assurer, au jour le jour après un événement violent, la gestion de l'émotion collective: choc initial, empathiepour les victimes, soutien aux sauveteurs, offrandes de déculpabilisation, deuil collectif et invite à conclure.
Les attaques dites « terroristes », peuvent se définir comme des actes réalisés par un groupe de personnes ou un Etat, s’accompagnant d’actions violentes et/ou illégales, réalisées au nom d’idéologies, de politiques ou de stratégies, avec pour objectif de produire sur leur cible unsentiment de peur, voire de terreur. Ces cibles étant dans la majorité des cas la population, voire une de ses composantes, ou encore une institution ou un gouvernement.
La couverture médiatique de ce type d’évènement est délicate et divers paramètres sont à prendre en compte. En effet, face à de telles actions, les médias sont confrontés à des contraintes temporelles. Il faut agir vite pour palierla concurrence et garantir une information ciblée et visible. On a alors une réelle difficulté à ne pas tomber dans un traitement émotionnel de l’évènement. Cependant, c’est généralement ce type d’approche, par l’émotion et la douleur qui sera privilégiée. Les spécialistes s’insurgent notamment sur l’utilisation d’images dites « chocs » par les médias. Pour eux, l’image n’est qu’une illustration,mais en aucun cas une information. Le but de l’image de douleur ou de souffrance, et de proposer une illustration personnalisée (femmes, enfants) de façon à marquer les esprits et à rendre l’information visible…on entre alors dans ce que l’on qualifie de journalisme spectacle. On insiste sur des images ou des témoignages, alors qu’un discours rationnel devrait être recherché.
Finalement, onpeut s’interroger sur les raisons (autres que celles de la contrainte temporelle) qui vont pousser les médias à adopter ce type d’attitude face au terrorisme et les conséquences que cela va entraîner. En effet, il faut ici s’intéresser aux rapports entretenus par les médias avec les deux sujets concernés par le phénomène du terrorisme, à savoir : les auteurs mêmes des violences et l’Etat.
En effet,la thèse des médias complices des terroristes semble nettement représentée au sein des réflexions menées à propos du terrorisme. Cependant, travail consiste à démontrer qu’elle ne résiste pas à l’analyse. Dans un premier temps, nous montrerons qu’elle repose sur une perception extrêmement limitée du rôle des médias en démocratie et de leur public. Dans un second temps, nous indiquerons en quoielle ne reflète pas les fluctuations que peuvent connaître les relations entretenues concrètement entre médias et groupes terroristes.

I. Les difficultés qu’ont les medias de traiter le terrorisme
1. Comment les medias sont perçus, dans leurs relations à l’Etat ou aux terroristes ?
Le problème que pose le terrorisme aux chercheurs en communication, c’est qu’il est aussi un acte decommunication, mais dévoyée : le terrorisme, visant à obtenir quelque chose de sa véritable cible (tel ou tel gouvernement ou organisme international), en frappe une autre (l’individu anonyme), en espérant que l’écho médiatique de « l’attentat » déplacera le rapport de forces. L’écho médiatique est donc structurellement majeur dans le fait terroriste.
Ce livre montre que le Fait terroriste contraint la...
tracking img