Tous les matins du monde, un récit initiatique ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1541 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Tous les matins du monde, un récit initiatique ?

Le roman Tous les matins du monde de Pascal Quignard, publié en 1991, apparaît aux yeux du lecteur comme un récit initiatique. Il dévoile en effet peu à peu la signification de ce qu'énonce Sainte-Colombe à Marin Marais au chapitre VIII : « Vous faites de la musique, Monsieur. Vous n'êtes pas musicien. » Cette phrase énigmatique amène le lecteurà bien entendu comparer les deux personnages, mais aussi à s'interroger sur la définition du musicien et de la musique. Entre différences et points communs, nous verrons finalement que le roman est un récit initiatique rapprochant contre tout apparence les personnages et allant au-delà des convergences.

Des divergences incontestables parsèment le texte. Le roman donne quelques indications àce sujet qui sont soulignées visuellement dans le film de Corneau. Mais alors, de quelles nature sont ces différences ? Comment sont-elles misent en valeur ?
Il apparaît d'abord que la musique – thème central de l'œuvre – n'est pas envisagée, considérée, de la même façon chez les deux personnages. Pour Marin Marais, elle est le moyen de se venger de cet épisode douloureux qu'est la mue ( « il sevengerait de la voix qui l'avait abandonné, qu'il reviendrait un violiste renommé »chapitre VIII) et d'acquérir un statut privilégié.
En revanche, pour Monsieur de Sainte-Colombe, elle est l'occasion d'établir un lien avec l'au-delà, avec sa femme décédée et de faire son deuil. Plus profondément, elle apparaît comme étant son principal mode d'expression, la parole constituant pour une véritableentrave.
Si Marin Marais exprime d'emblée son ambition sociale, son désir de gravir les échelons, Monsieur de Sainte-Colombe démontre à plusieurs reprises une forme de refus de la société. Marin Marais le dit en effet au chapitre VIII, il souhaite être un « violiste renommé » ; il le deviendra d'ailleurs, comme en témoignent les différents postes qu'il occupe au fil des années, toujours enascension ; il termine d'ailleurs « ordinaire de la Musique de la Chambre du Roi », poste relativement convoité par les musiciens de Versailles. Par opposition, Sainte-Colombe répugne la vie à Versailles et préfère largement l'isolement et le calme proposé par le milieu rural. Il le dit d'ailleurs, il se considère comme « un sauvage » mais se contente tout à fait de cette position assurant sonindépendance. Ses excès de colère en présence de membres de la cour témoignent du refus de la société ( par exemple lors de la visite de Monsieur Caignet chapitre IV ).
Enfin, une franche opposition entre jeunesse et mort se profile dans la majeure partie du texte.
Marin Marais est un « grand enfant » lors de son arrivée chez les Sainte-Colombe, la loquacité dont il fait preuve lors de sa présentationentre en opposition avec le caractère taciturne de Sainte-Colombe. Donc le silence de Sainte-Colombe, poussé jusqu'au mutisme au chapitre XXI peut renvoyer à la mort, faisant du personnage central un homme à cheval entre le monde des vivants et celui des morts. Il s'agit bien entendu d'une hypothèse mais elle pourrait tout à fait entrer en opposition avec l'idée de jeunesse exprimée par Marin Marais,personnage au commencement de la vie, en proie à de nombreuses interrogations. Il fait également preuve d'une mobilité qui entre en opposition avec le comportement apathique de Sainte-Colombe. Les relations amoureuses quant à elles, renvoient également à la jeunesse ( il fréquente en effet d'abord Madeleine puis Toinette ). A titre d'exemple, le texte oppose le personnage « rouge comme la crêted'un vieux coq» , Marin Marais et Monsieur de sainte-Colombe qui ne quitte pas « le noir pour ses habits ». La couleur renvoyant une fois de plus à la vitalité et le noir au deuil, à la mort.

Néanmoins malgré toutes ces différences, ont peut remarquer quelques points communs entre les deux personnages.
Ils cultivent d'abord une vive passion pour la musique. Au chapitre VIII, alors qu'il se...
tracking img