Tpe : pollution de la mer méditerranée

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4845 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION

La mer Méditerranée est un milieu fragile qui se dégrade. Communiquant avec l’Atlantique (par le détroit de Gibraltar) et avec la mer Rouge (par le canal de Suez) cette mer est en danger à cause des nuisances chimiques produites et déversées par la vie moderne, de l' exploitation humaine irréfléchie de ce milieu marin dans l’indifférence de la plupart des citoyens. La pollutionentrainée par les activités industrielles, le transport maritime et les activités domestiques, la destruction des écosystèmes côtiers pour des projets immobiliers, contribuent grandement à cette dégradation aggravée par la faiblesse naturelle des courants marins.

Pourquoi continuons-nous à polluer alors que nous en connaissons les conséquences sur l'avenir et que nous pouvons mettre en place dessolutions ?

La pollution de la mer Méditerranée est un problème international. Les eaux de cette mer baignent 22 pays riverains qui comptent plus de 400 millions d’habitants dont 143 millions résident dans les zones côtières,auxquels s’ajoutent chaque année 175 millions de touristes. La coordination d'actions communes entre les pays est difficile à obtenir.
Trois types de facteurs menacent "laGrande Bleue":
-Le transport maritime est très important avec environ 220 000 bateaux de plus de 100 tonnes soit 1/3 du trafic maritime mondial avec des cargaisons dangereuses et des dangers potentiels de collision: environ 370 millions de tonne de pétroles soit plus de 20% du total mondial, transitent chaque année en Méditerranée.
-Le tourisme en Méditerranée représente environ 1/3 dutourisme mondial et croit régulièrement. C’est une source de revenus pour les cités côtières mais qui joue un rôle important dans les dégradations provoquées directement par les hommes.
-Nous insisterons dans notre exposé sur le troisième type de menaces représentées par les pollutions d’origine terrestre et en particulier urbaine qui représentent 80% des dangers globaux (selon Greenpeace).
En effet,plus de la moitié des agglomérations urbaines méditerranéennes de plus de 100 000 habitants n’ont pas de station d’épuration de leurs eaux résiduaires et 60% d’entre elles déversent directement leurs eaux usées dans la mer. L’urbanisation rapide combinée au développement du tourisme le long des côtes méditerranéenne entrainent des problèmes environnementaux et sanitaires. Est-ce que la populationcôtière est réellement consciente de ces problèmes et se sent concernée par ce type de pollution ?
Nous réaliserons un sondage auprès de deux échantillons représentatifs de la population pour apprécier le niveau de connaissance et d'implication des marseillais pour régler ce problème écologique.
Des solutions existent à l'échelle de chaque cité mais aussi à l'echelon individuel. Elles sontnombreuses, pour la plupart réalisables mais coûtent chères, impliquent de nombreux pays et sont sous la dépendance des pouvoirs publics. Parmi les possibilités d'amélioration, le traitement des eaux usées par les stations d’épuration est une des solutions que nous détaillerons dans notre exposé en l'illustrant d' une expérience démonstratrice.

I. LA POLLUTION

La mer Méditerranée est l’une desmers les plus polluées du monde, aggravées par le fait que c’est un bassin semi-fermé qui empêche l’évacuation des déchets par les courants. De plus, la croissance démographique des villes côtières augmentant très rapidement et l'afflux touristique étant très fort en période estivale, on constate des pics d"aggravation nette de la pollution initiale.
La mer Méditerranée est également confrontéeà la pollution provoquée par la grande fréquentation des bateaux et à l'incivisme de certains capitaines qui vidangent leurs réservoirs dans la mer et dans l'illégalité. Les hydrocarbures sont les polluants chimiques les plus rencontrés dans la mer Méditerranée du fait que 28% du transport mondial d’hydrocarbures transitent par celle-ci et que les bateaux rejettent 80 000 tonnes d’hydrocarbures...
tracking img