Trucs french

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1017 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
A étang-salé le 14.04.10,

Chère Katherine,
Voilà quatre jours que nous nous sommes vues et je suis déjà impatiente de vous revoir.
Cette semaine j’ai eu le loisir de lire Thérèse Desqueyroux de Mauriac. Ce livre que vous m’avez conseillé, je l’ai trouvé dans ma bibliothèque. J’ai donc pris un peu de mon temps pour le lire et je l’ai trouvé passionnant. Je ne comprends pas pourquoi vousme dites que c’est un bon roman mais qui n’est en rien agréable à lire !
Thérèse Desqueyroux est une jeune femme libre vivant au début du siècle dans la campagne Bordelaise.
Le drame de Thérèse est d'être entrée dans une famille où on a décidé une fois pour toutes que : "quand les filles ne sont pas complètement idiotes, elles sont hystériques". Et Thérèse n'est ni idiote, ni hystérique, elleest différente et voilà tout !
Ici la Lande partage et amplifie le malheur et la solitude de Thérèse : "Elle sentait la masse noire des pins, invisible mais toute proche ; Thérèse savait qu'ils cernaient la maison. Ces gardiens, dont elle écoute la plainte sourde, la verraient languir au long des hivers, haleter durant les jours torrides ; ils seraient les témoins de cet étouffement lent".
Ellel'oblige à vivre dans l'obscurité pendant les mois d'hiver et : "les gens qui ne connaissent pas cette lande perdue ne savent pas ce qu'est le silence", ce silence qui l'empêche de dormir : "elle préfère les nuits de vent – cette plainte indéfinie des cimes recèle une douceur humaine ; et Thérèse s'abandonne à ce bercement."
Quand au matin elle pousse les volets, la chambre demeure sombre.Mauriac nous fait quelque peu trembler quand il nous parle de cette lande comme on parlerait d'une Fatalité toute puissante qui pèse sur les destins, Thérèse Desqueyroux est un personnage attachant, réel.
Ce roman est intéressant en ce qu'il montre l'état d'esprit d'une société qui fait tout pour sauver les apparences, quitte à tuer et séquestrer, du moment que le secret sont cachés.
Ce livreaborde aussi la question suivante : décidons-nous de notre existence ?
Ou sommes-nous embarqués pieds et poings liés ?
Nous sommes les maîtres de nos pensées (et encore, c'est à voir), le sommes-nous de notre destin ?
Car Thérèse choisit d’accepter le mariage avec Bernard.
Ensuite, c’est déjà moins clair : choisit-elle vraiment de l’empoisonner ?
Lorsqu’il la confine, des mois durant, à sachambre, choisit-elle de se recroqueviller sur elle-même ou n'a-t-elle pas les moyens de faire autrement?
Et enfin, à Paris, prendra-telle sa liberté ou se livrera-t-elle à sa liberté ?
Voilà une richesse supplémentaire de ce livre : les questions demeurent, rien n'est radicalement élucidé, les contradictions subsistent.
Impossible de ne pas être profondément touché par ce portrait d'une femmeécrasée par son destin et par sa famille. Thérèse est terriblement seule, incomprise, peut-être parce qu'elle est née à une époque et dans un milieu qui laisse peu de place aux femmes et à leurs aspirations personnelles. Adolescente elle éprouve un amour fugace pour sa jeune cousine. Mais ensuite elle doit bien se marier, elle qui ne semble pas attirée par les hommes : ce sera Bernard, un mari comme lesautres, mais qui a l'avantage de convenir à la famille et d'avoir un domaine adjacent. Thérèse sombre dans le mariage : enfermée, étouffée par le cercle familial : " Les La Trave vénéraient en moi un vase sacré ; le réceptacle de leur progéniture ; aucun doute que, le cas échéant, ils m’eussent sacrifiée à cet embryon. Je perdais le sentiment de mon existence individuelle. Je n’étais que lesarment ; aux yeux de la famille, le fruit attaché à mes entrailles comptait seul".
Thérèse se compose de toute pièce un impossible amour : "sa tête reposait sur une épaule, quelqu'un soudain l'entourait des deux bras, l'attirait. Un baiser, songeait-elle, doit arrêter le temps ; elle imagine que dans l'amour doivent exister des secondes infinies ; elle imagine ; elle ne le saura jamais."
Et...
tracking img