Utpoie dystopie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1116 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Séquence N°1

Rêver un autre monde, de l’utopie à la dystopie juriste

Objet d’étude : Convaincre, persuader et délibérer

Introduction au groupement thématique
« Utopie et contre utopie »

I.Origines de la notion d’Utopie
1) Définition

Utopia, néologisme grec forgé par Thomas MAURE en 1516 pour designer la société idéale qu’il invente et qu’il décrit dans UtopiaU topos = qui se trouve nulle part, sans lieu
Préfixe privatif Lieu
(sans)

Edition de 1518 : T ; MAURE utilise « eutopia » pour designer ce lieu imaginaire qu’il a créé

Eu Topos = Le bon lieu
Bon Lieu

Si seul Utopie est passé à la postérité, ces deux sens sont complémentaires.

Utopiereprésente un lieu fictif (u) et une société idéale (eu).

L’Utopie est un genre littéraire relatant des récits de voyages, et offre l’image d’un état idéal où tout les torts et maux de la société sont guéris.
Ces récits répondent à un besoin social.

2) Histoire de L’Utopie

Certains mythes célèbres ont fondés l’origine de l’Utopie. Tels que :
-L ‘Atlantide
-L’Athènes ancienne (cf Platon)-L’age d’or
-Le Millénarisme ( croyance en un règne terrestre de J-C qui commencerait à la fin du monde)
-La cité de dieu

La république de Platon qui trace les bases de l’Utopie, et place l’Utopie dans le cadre de la renaissance.
On peut voir dans cette œuvre une critique de la société anglaise mais aussi européennes du 16° siècle. Les vertus de l’Utopie qui sont en quelques sortescritiques du monde réel, bien qu’étant œuvre de fiction, l’Utopie affirme que l’Homme peut influer sur son destin.

3) L’Utopie à travers les siècles

Cf Bibliographie polycopiée

II. Les caractéristiques de l’Utopie.
1) L’organisation politique, économique et sociale

L’Utopie a une double fonctions dans des discours politiques :

1. Proposer une rupture radicale avecun système existant

2. Proposer un modèle de société idéale

-Un idéal d’égalité dans l’Utopie collectiviste (Maure ou Campanella)
-Un idéal de pouvoir absolue dans la dystopie
-Un idéal d’ordre et de rationalité (« Nous autres » de Zamiatine)
-Un idéal de bonheur (sécurité, stabiliser, suppression de toutes souffrances)

Les sociétés décrites se veulent parfaites, dans le sensoù elles sont inaltérables.

2) Géographie et architecture de l’Utopie

Terre inconnue ou île pour ainsi dire un lieu à part et protégé, un « nulle part » selon T.Maure.
Architectes et urbanistes n’ont aucunes contraintes, les villes se déploient de 2 formes différentes :
-Le Cercle est infini, divin est représente l ‘égalité. Sa forme cyclique se veut rassurante et protectrice.-Le Carré représenté en rues perpendiculaires ayant un centre commun pour favoriser la notion de collectivisme.
Cf Platon, Maure, Campanella

Ces formes manifestent les toutes puissances de l’idéal, n’acceptant point souplesse et variétés.

Dès l’origine, l’Utopie est urbaine parce que la ville est création de l’homme et non de la nature. La nature est à l’opposition de la civilisation.(Campanella imagine une ville composée de 7 cercles)

Autres caractéristiques invariables des cités :
- La propreté des lieux, les rues degagées de toutes immondités, aseptisées, c’est un reflet de la propreté morale
- Le plan architectural (Carré ou Cercle)
- Les édifices publics impressionnants
- Les constructions fastueuses (de matériaux précieux: marbre cristal ou verre) quisymbolisent la grandeur et la transparence.

3) La place de l’Homme

Le gigantisme des cités n’est pas l’indice d’une orgueilleuse démesure. Mais l’exaltation de la communauté.
C’est que l’individu ne compte qu’en temps que parcelle d’une communauté parfaite.
La disparition de l’habitat (cf Platon) remplacé par des dortoirs et chambres communautaires. Chez T.Maure, tout les 10 ans...
tracking img