Victor hugo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1040 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Biographie Victor Hugo
Victor Hugo est né à Besançon en 1802 d'un père Lorrain Léopold Hugo, colonel, général d'empire puis gouverneur et d'une mère Bretonne Sophie Trébuchet. Tout jeune il accompagne son père dans ses déplacements de garnison.Son enfance est mouvementée entre Paris et les lieux de mutation de son père, entre l'amant de sa mère (le général Victor Lahorie) et les maîtresses deson père. À quatorze ans, le futur poète écrivit sur un cahier d'écolier: «Je veux être Chateaubriand ou rien».
À vingt ans, il publie un recueil d' Odes (1822), encore classique par sa forme mais plein d'audace, qui lui vaut une pension royale. Il le remaniera plus tard, sous le titre Odes et Ballades (1828).
Après la disparition de sa mère en 1822, il épouse Adèle Foucher, son amie d'enfancequi lui donne quatre enfants : Léopoldine (1824), Charles (1826), François-Victor (1828) et Adèle (1830).
(1827), drame injouable, le désigne comme le chef de cette nouvelle école, il y expose sa théorie du drame, condamnation des règles classiques d'unité de lieu et de temps, recommandation de l'unité d'action, et enfin le droit et le devoir, pour l'art, de représenter la réalité sous tous sesaspects, même les plus laids et les plus groresques.
Le 25 février 1830, Hernani, donne à Hugo l'occasion de mettre lui-même en pratique ses principes. Le triomphe de la pièce voit s'affronter les défenseurs de la tradition et les tenants des nouvelles doctrines au cours d'une soirée restée dans l'histoire sous le nom de «bataille d'Hernani».
Hugo illustre ses théories au théâtre, avec desdrames passionnés comme Le roi s'amuse (1832), interdit par la censure, Lucrèce Borgia (1833) ou Ruy Blas (1838).
L'éclatante révélation de Hugo comme poète romantique commence en 1829 avec le recueil des Orientales, nourri d'images de la Grèce en flammes et de visions de villes espagnoles. Hugo n'a jamais vu l'Orient, mais il lit les récits des voyageurs.
Dans les Feuilles d'automne (1831) etles Rayons et les Ombres (1840), s'affirment les thèmes majeurs de la poésie hugolienne: la nature, l'amour, le droit du rêve. Dans les Voix intérieures (1837) apparaît le personnage d'Olympio, double et interlocuteur du poète, qui fut immortalisé peu après par le célèbre poème «!Tristesse d'Olympio!» dans les Rayons et les Ombres.
Hugo va devenir le romancier du petit peuple évoluant ducatholicisme et du monarchisme vers une pensée libérale et sociale, vers la compassion pour le petit peuple. En 1831 parait, Notre-Dame de Paris, qui met en scène un couple devenu mythique, Quasimodo et Esmeralda. Il s'intéresse à la politique, à la misère ouvrière (Han d'Islande), et s'interroge sur les moyens par lesquels le peuple pourrait conquérir le droit à la parole (Notre-Dame de Paris).
Malgréquelques démêlés avec la censure (l'interdiction de Marion Delorme par exemple, en 1829) le succès ne se dément pas. En 1833, Hugo rencontre Juliette Drouet, qui devait le suivre en exil et rester sa maîtresse dévouée pendant cinquante ans.
Elu à l'Académie française en 1841, Victor Hugo est affecté, en 1843, par l'échec de son drame, les Burgraves, signe de la décadence du théâtre romantique,et surtout par la mort tragique de sa fille Léopoldine, noyée dans la Seine avec son mari.
Le poète compose les Contemplations (1856), mais les événements politiques lui réservent d'autres tourments.
Libéral et progressiste, Hugo n'accepte pas l'avènement de Louis-Napoléon Bonaparte par le coup d'État du 2 décembre 1851 et il s'exile «Je resterai proscrit, voulant rester debout». D'abord àJersey, puis à Guernesey. Il continue, pendant ses dix-neuf ans d'exil, de vilipender Napoléon III tout en se consacrant à la littérature.
Poèmes de l'exil, Châtiments (1853), qu'il consacre à «Napoléon le Petit», circulent d'abord en contrebande en France et contiennet 6200vers, organisés en sept parties dont chacune a pour titre une des formules utilisées par Napoléon III pour justifier son coup...
tracking img