Vie de lycurgue, plutarque

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2468 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Plutarque, Vie de Lycurgue

«Il (Lycurgue) institua des courses et des épreuves de force entre les femmes comme entre les hommes, persuadé que si les deux sexes étaient vigoureux, ils auraient des rejetons plus robustes.» Xénophon. Ici, il est question de l’éducation des femmes à Sparte. Sparte, cité du monde grec, qui, cependant présente ses propres règles, ses propres lois et son proprefonctionnement. Sparte apparaît comme une cité particulière du monde grec, une cité à part. On dit que le grand législateur de Sparte fût Lycurgue avec sa constitution de Sparte «la Grande Rhêtra». Plutarque dans son oeuvre Les Vies Parallèles dédie une partie de son oeuvre à la Vie de Lycurgue. Il met en parallèle la vie du législateur avec le roi romain Numa Pompilius. Plutarque consacre alors unlong développement aux femmes spartiates et à leur éducation, tandis que dans l’Antiquité, l’histoire se raconte au masculin. Mais Plutarque n’était pas contemporain, il écrit près de neuf siècles après les faits. On peut se poser la question du problème des sources, il se base avant tout sur des récits, à une époque où l’on a tendance à idéaliser le modèle spartiate, certains parlent même de«mirage spartiate». Que reflète alors cet extrait de La vie de Lycurgue ? Cet extrait dans un premier temps revêt un intérêt historique car il est question de l’éducation des femmes à Sparte, à une époque où l’histoire raconte peu la condition des femmes. Mais dans un second temps, il faut nuancer les propos de Plutarque, car son texte s’inscrit dans la ligne du mirage de Sparte, sans oublier qu’il n’estpas un contemporain de cette époque.

Dans ce texte, Plutarque à travers la vie du législateur Lycurgue présente à ses lecteurs l’éducation des femmes à Sparte à l’époque de la Sparte classique. On situe l’existence de Lycurgue, fondateur de la «Grande Rhêtra» (la constitution spartiate» entre le IXè ou le VIIIème siècle av. JC). Plutarque présente la façon dont Lycurgue a construit les loissur l’éducation des femmes, la finalité était d’avoir une éducation collective où les femmes seraient un moyen d’avoir des enfants «de sang généreux», qui devenaient «le bien commun de la cité» pour en faire de futurs bons soldats.

Tout d’abord Plutarque évoque l’éducation physique donnée aux jeunes filles. Selon lui, elles «s’exercèrent à la course, à la lutte, au lancement du disque et dujavelot». Cette éducation avait pour but de former des femmes «robustes», c’est-à-dire d’avoir des femmes fortes. Sparte, cité guerrière souhaite avoir plus que des bons hommes, elle souhaite aussides femmes robustes pour procréer de futurs bons soldats. L’éducation physique de la femme est donc pour Sparte, un moyen de rendre les femmes plus fortes. Sparte ne souhaitait pas faire de ses femmes desicônes de féminité, mais plutôt des femmes de soldats qui font de bons enfants. La femme spartiate, comparée aux autres femmes grecques, semblent d’ailleurs tenir un rôle social important; du fait de cette éducation, les hommes apportent un grand intérêt au regard des femmes sur eux. Plutarque met cette idée en avant quand il dit que «celui qui était renommé parmis les jeunes filles s’en retournaitexalté par les éloges.». Les spartiates avaient même le droit de leur lancer «des railleries», ce qui montre l’intérêt de la cité porté aux femmes. Ayant le droit de porter un jugement sur les hommes, tout au long du texte de Plutarque, on découvre que celles-ci sont assimilées aux hommes. Comme eux, elles se doivent d’être robustes, avoir une éducation physique. Cette assimilation est d’autantplus claire lors de la période qui précède le mariage, la nympheuteria «coupait les cheveux ras» de la future mariée et «l’affabulait d’un habit et de chaussures d’hommes». La cité recherche par là, peut-être, un moyen d’effacer les différences entre les deux sexes, qui sont chacun un moyen de procréation. Tout comme les hommes d’ailleurs, lors de leur exercice physique, elles étaient nues ce...
tracking img