Voltaire, « candide », chapitre 30, le dénouement

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (422 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction :

Mis à part 3 chapitres (celui du château et les 2 de l’Eldorado) Candide fait l’expérience du mal jusqu’au chapitre 30. Il y retrouve enfin Cunégonde mais elle est devenue bienlaide et il ne souhaite plus l’épouser. L’homme serait-il condamné au malheur ?
Le vieillard turc vient esquisser une réponse en invitant Candide à cultiver son jardin. Avec ce vieillard,l’apprentissage de Candide se termine et il est dorénavant capable de définir son art de vivre. Quelle est la forme de bonheur qui pour Candide est accessible ?

I Les personnages retenus pour composer lacommunauté de Constantinople

Pour comprendre l’intention de Voltaire il faut comparer les deux communautés :

 La première est celle de Thunder-ten-tronck qui présente l’erreur et l’illusion
(Candide,Mr le Baron, le grand aumônier, Mme la Baronne, sa fille Cunégonde, le fils du Baron et Pangloss)

 La deuxième est celle de Constantinople qui présente le modèle à suivre
(Martin, Cunégonde,Paquette, la vieille, frère giroflée, Pangloss et Candide.

II L’idéal de vie de la communauté

1) « travaillons sans raisonner […] c’est le seul moyen de rendre la vie supportable »

Martin, unphilosophe ne peut concevoir un travail abruti, irréfléchi. Ici « travaillons sans raisonner » veut dire sans raisonnement métaphysique, sans se poser de question. Cette définition semble un peupessimiste, pessimisme conforme au personnage de Martin. C’est une définition négative du travail comme si l’on travailler pour oublier ses problèmes. Le travail permet d’oublier au sens positif du terme caril donne un sens à la vie, il permet d’oublier en se construisant.

2) « toute la petite société entra dans ce louable dessein ; chacun se mis à exercer ses talents. La petite terre rapportabeaucoup. »

« Ce louable dessein » renvoie à « travailler sans raisonner »
« Toute la petite société » : idéal de communauté pour Voltaire, l’homme ne peut assurer sont bonheur seul.
« Petite »...
tracking img