Voltaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1046 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture analytique n°1

Voltaire, Traité sur la tolérance, «prière à Dieu».

Intro: Voltaire est un auteur engagé, il a écrit des pièces de théâtres et aussi des comte philosophiques. C'est un défenseur des valeurs du XVIIIe siècle. Dans cet essai intitulé: Traité sur la tolérance il œuvre pour la défense de Jean Calas, un homme accusé d'avoir tué son fils.

Plan:
I Une prière : mais àqui ?
Une prière à Dieu.
Le Dieu de Voltaire.
Une prière aux Hommes.

II Voltaire dresse dans ce texte le portrait d'une humanité faible et fautive.
Un Homme faible.
Une société divisée et hiérarchisée.
Violence et corruption dénoncés.

III Voltaire lance un appel à la tolérance.
Dénonciation de la tolérance.Appel à un monde fraternel.
Appel à un monde pluriel.



I) Une prière : mais à qui ?

1) Une prière à Dieu.

Voltaire s'adresse à Dieu: (l-1) «c'est à toi, Dieu». On a l'utilisation de la deuxième personne du singulier tout au long du premier paragraphe. On a des verbes d'action qui renvoi à la prière pour Dieu: (l-4) «daigne», (l-1) «m'adresse»,(l-6) «fais que» et (l-3) «oser te demander». On a l'anaphore de «que» (l-6,11,15 à 20) qui développe cette prière.

2) Le Dieu de Voltaire.

A la ligne 2 on a une répétition à rythme ternaire de «tous». Dieu universel, Dieu de toutes les religions; ici Voltaire prône l'universalité. On dit que Voltaire est déiste, le Dieu déiste est sorti du cadre des religions et de leur rituels. On a ditcréationniste (l-5-6) «Tu ne nous a point donné un cœur pour nous haïr, et des mains pour nous égorger», (l-4) «tout donné», (l-26) «ta bonté qui nous a donné». C'est aussi un Dieu d'amour: (l-14-15) «t'aimer», «t'adorer» et un Dieu de la connaissance absolue : (l-20) «car tu sais».

3) Une prière aux Hommes.

A la ligne 21 on a le destinataire réel de la prière : «puissent tous les Hommes». A laligne 1 Voltaire veut surprendre le lecteur en employant une prétérition, il dit qu'il ne s'adresse pas aux Hommes alors qu'il est en train de le faire. On a ici une indignation de l'auteur (l-1) par l'utilisation de «n'est plus». Voltaire utilise le «nous» (l-23) ce qui nous montre qu'il s'inclue dans cette humanité à laquelle il s'adresse. Dans le dernier paragraphe on a un rythme ternaireconstitué de souhait et d'ordre : (l-23 à 23) «ne nous haïssons pas, ne nous déchirons pas les uns les autres dans le sein de la paix, et employons l'instant de notre existence à bénir également en mille langages divers, depuis Siam jusqu'à la Californie». C'est la dernière phase du discours argumentatif.

Après avoir parler de cette prière, on peut voir que Voltaire à fait un portrait négatif del'humanité.

II)Voltaire dans ce texte dresse le portrait d'une humanité faible et fautive.

1) Un Homme faible.

Voltaire dévalorise l'Homme par une accumulation d'adjectifs péjoratifs : (l-8) «débiles corps», «insuffisant», «ridicules». (l-11) On a une métaphore négative «atome appelé Homme» cela est négatif car un atome est très petit comparé à l'Homme. On a aussi la présenced'hyperbole : (l-2) «faibles créatures perdues». «D'un petit tas de boue» (l-17) cela est dévalorisant pour la Terre qui accueil la race humaine. Pour Voltaire l'Homme est voué à la mort : (l-24-25) «instant», (l-7) «vie pénible et passagère».

2) Une société divisée et hiérarchisée.

On a une anaphore de «ceux qui» (l-12) pour faire la distinction entre les catholiques et les protestants. On a uneopposition de la couleur de vêtements. Voltaire condamne le cloisonnement des religions. A la ligne 17 on a une hiérarchie au sein du clergé, les cardinaux et les évêques dont la puissance est condamnée par le peuple.

3) Violence et corruption dénoncés.

On a un champs lexical qui renvoi à la guerre (l-6): «haïr», «déchirée», «égorger». Voltaire cherche à susciter l'indignation de ces...
tracking img