William shakespeare

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1619 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
William Shakespeare est né le 26 avril 1564 à Stratford-upon-Avon et mort le 23 avril 1616 dans la même ville, est considéré comme l'un des plus grands poètes, dramaturges et écrivains de la culture anglaise[4]. Il est réputé pour sa maîtrise des formes poétiques et littéraires, ainsi que sa capacité à représenter les aspects de la nature humaine.
Figure éminente de la culture occidentale,Shakespeare continue d’influencer les artistes d’aujourd’hui. Il est traduit dans un grand nombre de langues et ses pièces sont régulièrement jouées partout dans le monde. Shakespeare est l’un des rares dramaturges à avoir pratiqué aussi bien la comédie que la tragédie.
Shakespeare écrivit trente-sept œuvres dramatiques entre les années 1580 et 1613. Mais la chronologie exacte de ses pièces est encoresujette à discussion. Cependant, le volume de ses créations n'apparaît pas comme exceptionnel en regard des critères de l’époque.
On mesure l’influence de Shakespeare sur la culture anglo-saxonne en observant les nombreuses références qui lui sont faites, que ce soit à travers des citations, des titres d’œuvres ou les innombrables adaptations de ses travaux. L'anglais est également surnommé « lalangue de Shakespeare ».
Œuvres : Qui a écrit les pièces de Shakespeare ?
La paternité des œuvres de Shakespeare a été l'objet de nombreuses discussions entre les spécialistes.
Pour ceux qui mettent en doute le génie de l'homme, le comédien Shakespeare, tel que les documents connus nous le présentent, ne peut pas être l'auteur des pièces assemblées sous son nom dans le Folio de 1623. Ces «anti-stratfordiens » prétendent que Shakespeare était médiocre acteur, homme de petite culture qui savait peu de latin et encore moins de grec[34], sans élévation d'esprit, incapable d'écrire des pièces où s'étale un prodigieux savoir, fruit de lectures immenses ; une acuité intellectuelle, un goût exquis de la poésie sous toutes ses formes, une connaissance profonde du « cœur humain » venantcouronner le tout. Leurs arguments sont multiples : absence de mention d’œuvres littéraires dans son testament, circonstances très floues autour de la formation du jeune artiste, différences d’orthographe dans son patronyme, style et poétique des œuvres elles-mêmes. Bien sûr, le débat s’appuie aussi sur l’extrême rareté des documents historiques et les mystérieuses contradictions dans sa biographie :même la vénérable institution de la National Portrait Gallery de Londres refusa d’authentifier le célèbre Flower Portrait de Stratford-upon-Avon, qui tomba en discrédit après qu’il se fut avéré qu’il s’agissait d’une contrefaçon du XIXe siècle[35].
Ils attribuent donc la paternité des pièces au philosophe Francis Bacon. C'est le cas du révérend J. Wilmot à la fin du XVIIIe siècle, de W. H. Smith en1857. La thèse Bacon repose essentiellement sur un cryptogramme découvert dans l'édition originale des œuvres de Francis Bacon (autrement nommé Lord Bacon of Verulam), notamment le De rerum organum : cette édition recèle, cryptée et codée, une autobiographie de F. Bacon, lequel n'hésite pas à proclamer qu'il a « réalisé des œuvres diverses, comédies, tragédies, qui ont connu une grande renomméesous le nom de Shakespeare ». Ce texte contient cependant par ailleurs un nombre d'invraisemblances tel qu'on ne peut sérieusement lui accorder crédit[36],[37].
D'autres comme Abel Lefranc ou J. T. Looney pensent que les pièces sont l'œuvre d'un homme de cour. Le nom du comte de Derby est avancé par Abel Lefranc dès 1919, celui du comte d'Oxford[38] par J. T. Looney. Le comte de Rutland, l'un oul'autre des comtes d'Essex, ou même la reine Élisabeth sont aussi nommés.
L'œuvre de Shakespeare est aussi parfois attribuée à d'autres dramaturges : Chettle, Dekker, Robert Greene, Middleton, Peele, Webster : tous ont des partisans plus ou moins convaincants. En 1955, l'Américain Calvin Hoffman prétendit dans le livre The Man Who Was Shakespeare (L'Homme qui était Shakespeare) que Marlowe était...
tracking img