Zone, apollinaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 37 (9121 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ZONE , Apollinaire
C'est le poème d'ouverture du recueil Alcools (1913), mais il parle du centre de Paris, ce qui en fait une ouverture paradoxale. (titre : zone, alors qu'il est question de la tour Eiffel,…).
On peut donc penser qu'il reprend l'étymologie grecque "ceinture" : il fait à pied le tour de la ville, mais aussi le tour de ses problèmes (interrogations sur lui - même, sonenfance, sa religion : réflexion sur les souffrances, sur l'amour).
On est frappé par l'apparence du poème : certains vers sont détachés, d'autres regroupés en strophes ; il n'y a pas réellement de régularité. Ce sont des vers libres (pas de mètres réguliers), les lois de la versification ne sont pas respectées. Ces vers riment à peine : ils sont assonancés. Pas de ponctuation.
Le poème n'est pascomplètement déroutant, mais apparaît quelquefois bizarre.
Dans un premier temps, en quoi le poème est-il innovant pour 1913, puis comment Apollinaire fait l'éloge du monde moderne.
I) L'innovation poétique :
1.1) Une énonciation originale
-> repères brouillés (de temps, de personne)
a) Indice personnel "je"= poète (V15-V23)
b) Indice personnel "tu" : christianisme personnifié etinvoqué.
Dialogue fictif entre le poète ("je") et le christianisme, ainsi que le Pape.
Enonciation personnelle complexe et propice aux ambiguïtés.
c) Indices temporels : "Ce matin" est employé à la fois avec des verbes au présent (-> énonciation immédiate), mais aussi avec un verbe au passé composé. On peut donc se demander où sont situées les paroles du poète.
Tous les repères sontbrouillés, d'autant plus que la ponctuation est inexistante -> décalage constant, effort de représentation de la part du lecteur. Représentation de la réalité fragmentaire. A partir du vers 16, évocation du rythme hebdomadaire et quotidien de la rue industrielle.
Ce matin / Le matin
-> précis -> en général.
Mais innovation du poème aussi dans l'écriture.
1.2) L'écriture
V3 :S'adresse-t-il à lui-même ou à la tour Eiffel ?
Absence de rimes : Apollinaire se contente d'assonances ou de rimes pauvres.
L'auteur use de rythmes qui n'apparaissent pas classiques : vers libres, pas de mètres particuliers, mais aussi vers plus longs (± 15 syllabes)
Vocabulaire : de la poésie.
C'est le premier à supprimer la ponctuation.
Vocabulaire remarquable : nombreuses expressionsfamilières, banales : "il y a", "prospectus", …
-> risque de mettre en péril la qualité poétique du texte.
Ce vocabulaire est introduit dans la poésie, car elle fait l'éloge du quotidien, de la vie moderne.
II) L'éloge du quotidien, de la modernité
2.1) Le monde nouveau, opposé au "monde ancien", à "l'antiquité" :
Dès le premier vers, le poète fait l'éloge du changement, de lamodernité.
Monde des dernières innovations techniques (aviation, V6), alors que "automobiles" sont qualifiées d'anciennes.
Apollinaire : lancement de l'"art nouveau" : incitation envers les écrivains, les poètes à écrire sur les nouveautés (Cendrars, …)-> innovations les plus récentes.
"Kodak"
Sont laissées de côté l'inspiration grecque et latine.
Ensuite, éloge de la vie quotidienne d'une"rue industrielle".
A partir du V11, il évoque la rue, ainsi que tout ce qui se lit dans la rue, énumération (prospectus, affiches).
-> littérature moderne (publicité, …) prose populaire (Journaux, romans policiers).
Affichent leur Une : gros titres, photos
Idée de la rue que l'on peut déchiffrer (reprise vers 21 : "les inscriptions des enseignes et des murailles.
-> Des mots dans laville, avec une évocation plus banale des bruits, des mouvements de cette ville.
Fréquence de passage des employés : V18 :"Du lundi matin au samedi soir quatre fois par jour y passent" "gémit" "clairon" "cloche rageuse y aboie".
L'idée de modernité est liée à l'idée de quotidienneté. Il s'intéresse aux mots écrits dans la ville (publicité, …)
Comme si à travers les mots il arrivait à...
tracking img