L'arbre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (389 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Ouvrez vous oreilles, fermez vos yeux. Ouvrez vos yeux, fermez vos oreilles. Devenez sourd et aveugle et votre esprit s'ouvrira comme une maïko devient geisha. D'épreuves en épreuves, d'obstacles enobstacles, votre esprit commence à éclore. Vous le ressentez comme une douce et angoissante mélodie traditionnelle.
Vous êtes assis, mal assis, le sol dur comme de la pierre, vous êtes enivré par uneinterdiction
Vos pieds sont ensevelis sous de dur et petits cailloux, votre tête balance et votre esprit brise sa coquille.
Vous tenez dans vos main le voyage que tous les temps ont connu.
Vousvous lassez.
Vous tenez dans l'autre main un deuxième interdit, une de ces douceurs fumante dont vous n'arrivez pas à vous séparer
Et là !
La musique commence, des sons violents, puis la douceur duviolon
Votre esprit est en fusion, vous êtes sourds mais lui non
Les cailloux dansent pour vous tels des courtisanes de l'aire edo
Commence à apparaître certaines images, douces comme du coton etbelles comme de la soie
De la soie, elle virevolte, s'entortille autours d'un corps
Un corps, absolument parfait de la couleur de l'ivoire sublimé par de longs cheveux noirs
Vous n'êtes pas fou, ilest arrivé,le vrai sentiment de liberté.
Vous devenez essence.
Il y a plusieurs corps dansant sur cette musique pourtant si méconnue
La flûte vous parle, le shamisen vous implore de danser aubruit de ses cordes, le tambour vous effraye.
Des frissons, voilà l'impact de cette liberté
Vous êtes libéré de vous même
Mais vous pleurez, vos esprits reviennent
Ces instruments nettoient de leurslarmes ce rêve abandonné puis brisé
Vous n'êtes personne car vous n'êtes rien
Ils ne vous comprennent pas
Vous ne comprenez pas cet écoulement de larmes lorsque la musique se meurt
Vous êtes sousle plus beau des cerisier, imaginez le
Les pétales de ses fleurs viennent vous caresser le visage
Elles tentent de sécher des larmes si incomprises
Allongez vous sous l'arbre, ne pensez plus aux...
tracking img