L'argent

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 24 (5907 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
© largentPrepas.com

L'ARGENT – Zola

 Chapitre 1 : Il était onze heure. Saccard entra chez Champeaux, un restaurant parisien. Il y cherchait M. Huret. Les garçons de service lui assurèrent qu'il n'était pas encore venu. Saccard croisa différents cols blancs (hommes de change, spéculateurs boursiers...). Tous lui reversèrent un accueil froid. Mais Saccard s'assit et commanda. Le secondempire lui avait permis de s'enrichir. Mais il était aujourd'hui ruiné par une affaire de terrains scandaleuse et désastreuse. Le député Huret devait venir à onze heure pour lui rendre compte des démarches dont il s'était chargé auprès de son frère, le ministre Rougon. Lui s'interroge : Son frère lui viendrait il en aide ? Dans la salle de restaurant, beaucoup parlaient de crise financière à venir.Saccard était animé d'une fièvre de revanche. Il voulait refaire fortune. Il avait d'ailleurs un coup en tête, au cas ou son frère l'abandonnerait. Alors qu'il entamait son fromage, Huret, un Normand du Calvados arriva. Il lui rapporta que son frère acceptait de faire tout son possible; il lui trouverait une très jolie situation, mais pas en France. Il lui proposait de devenir gouverneur d'unecolonie. Saccard refusa ce qu'il jugait être une déportation ! Non satisfait, il s'apprêtait à quitter le restaurant. Au même moment, l'émotion gagna la salle : Gundermann, le banquier juif, roi de la bourse de Paris venait d'entrer chez Champeaux. Le vieux pape de la banque appela Saccard : « Dites donc, mon bon ami, est-ce vrai ? Vous quittez les affaires... Ma foi, vous faites bien ça vaut mieux ».Offusqué, Saccard lui répondit : « Je fonde une maison de crédit au capital de vingt-cinq millions, et je compte aller vous voir bientôt ». Une fois sorti du restaurant, il se promena. Il s'imprégnait de l'ambiance du quartier de la bourse, auquel il associait rêves et souvenirs. Il y rencontra notamment M. Busch, qui tenait un cabinet d'affaire et auquel Saccard eut à faire à plusieurs reprises.Il lui demanda si son frère pouvait lui traduire une lettre russe. Saccard n'avait qu'a passer chez lui. En s'éloignant, il rencontra Jordan, un littéraire, ami de famille, fils d'un banquier marseillais qui se suicida à la suite de spéculations désastreuses. Il lui présenta le capitaine de Chave, un oncle de sa femme. Il était resté, aux yeux de Jordan, un boursier féroce. Dans l'hypothèse ou ilmonterait son affaire, il proposa à Jordan de venir le voir pour du travail. Derrière la bourse, il s'arrêta à l'intérieur des grilles. Un grand gaillard, Jantrou, traversa la rue et vint s'incliner bas devant lui. L'homme avait quitté le Crédit mobilier et cherchait une situation. Saccard l'invita a passer chez lui un matin. Il regagna le coin de la rue Vivienne, prés de chez les Busch. Il serappela de sa lettre russe à faire traduire. Ainsi, il monta chez l'homme d'affaire, spécialiste du trafic sur les valeurs dépréciées. Il traversa son bureau ou était présente la Méchain, une des aides qu'il employait. La Méchain trouvait que le visage de Saccard lui était familier. Busch confondit son écriture avec celle de l'un de ses dossiers. Il s'agissait du viole d'une gamine, Rosalie, dans desescaliers, rue de la Harpe à Paris. De cette fille, il avait eu un fils, Victor, que la Méchain élevait. A l'époque, Saccard avait pris le nom de Sicardot et devait une importante somme d'argent.
L'ARGENT – Zola Page 1 sur 10

© largentPrepas.com

Le frère de Busch était traducteur. D'un tempérament différent de celui de son frère, il rêvait de la société de demain, celle dessinée par Marx.Il traduisit la lettre de Saccard : Il s'agissait de la réponse favorable d'un banquier de Constantinople, un simple oui, dans une affaire.  Chapitre 2 : Après sa désastreuse affaire de terrain, Saccard dût quitter son palais du parc Monceau. Son fils Maxime refusa de l'accueillir sous prétexte de pouvoir continuer à vivre tout deux en bon accord. Il songea donc a louer rue Saint-Lazare. Il...
tracking img