L'audit des stocks

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 23 (5617 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1er PARTIE : Approche générale et cartographie des NEP concourants à la démarche d’audit des stocks

Désormais, le commissaire aux comptes doit s’assurer que les diligences prévues par les NEP sont appliquées. L’approche d’audit doit se faire de façon intégrée, et ce, quelque soit le cycle audité.
Dans cette première partie, nous détaillerons les NEP essentielles à la démarche d’audit desstocks.

A - NEP 200 – Les principes d’audit

I - Principe général

Cette norme a pour objet de définir les objectifs et principes généraux d’une mission d’audit des comptes.
Le commissaire aux comptes doit faire preuve d’esprit critique. Il exerce son jugement professionnel afin de pouvoir délivrer, par le biais de sa certification, une assurance aux tiers. Il s’agit d’un niveaud’assurance élevée mais non absolue.
Pour obtenir l’assurance recherchée nécessaire à la certification des comptes, le commissaire aux comptes cherche à tendre vers un risque d’audit suffisamment faible.

Le risque d’audit se compose du risque d’anomalies significatives et du risque de non détection :
- L’anomalie significative se définit de la façon suivante : « information comptable oufinancière inexacte, insuffisante ou omise, en raison d’erreurs ou de fraude, d’une importance telle que, seule ou cumulée avec d’autres, elle peut influencer le jugement de l’utilisateur d’une information comptable ou financière ». Identifier ce risque conditionne la pertinence des travaux menés. Le risque d’anomalies significatives se subdivise en risque inhérent (propre à l’entité elle-même) et enrisque lié au contrôle (risque qu’une anomalie significative ne soit pas détectée par le contrôle interne).
- Le risque de non-détection est propre à la mission d’audit : il correspond au risque que le commissaire aux comptes ne détecte pas une anomalie significative.
Plus le commissaire aux comptes évalue le risque d’anomalies significatives à un niveau élevé, plus il met en œuvre desprocédures d’audit complémentaires afin de réduire le risque de non-détection.

Le schéma ci-dessous récapitule ces données.
[pic]

Le commissaire aux comptes doit évaluer le risque d’anomalies significatives afin de définir le programme de travail et de concevoir les procédures d’audit à mettre en œuvre en réponse à cette évaluation.

II - Application

Exercer son esprit critique nécessite uneremise en question permanente et présuppose une indépendance d’esprit du commissaire aux comptes.

Le commissaire aux comptes va chercher à s’interroger sur le niveau de risque d’audit du cycle stock. Le risque d’anomalies significatives est-il important ? Quel sont les risques liés au contrôle ? Quel sont les risques inhérents ?

Pour définir le risque lié au contrôle, le commissaire auxcomptes s’intéresse aux méthodes de travail et procédures mises en place dans l’entreprise autour du stock et notamment, la description des systèmes informatiques, la séparation des tâches, les procédures de réception, l’inventaire physique, la valorisation, la procédure commande et le contrôle des factures.
Le risque inhérent peut être fonction de la nature de l’activité, de l’obsolescence, ducour des matières, de la complexité des process de production, du nombre de centres de production, des pertes et détournements ou du cours des devises.

La combinaison du risque inhérent et du risque lié au contrôle doit permettre de définir l’étendue des travaux à mettre en place sur le cycle stock de la manière suivante :

| |Evaluation du risque lié aucontrôle |
| |Elevé |Moyen |Faible |
|Evaluation |Elevé |Un maximum de travaux effectués |Beaucoup de travaux effectués |Quelques travaux effectués |
|du | |...
tracking img