L'avantage comparatif de ricardo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 28 (6880 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
* La spécialisation des pays est-elle mutuellement avantageuse ?
« La loi des couts comparatifs et la formation des prix internationaux chez Ricardo »
Par Renaud DU TERTRE
Introduction

I] Comparaison de l’analyse ricardienne et néoclassique de l’échange international
I.1 Vision de Marx par rapport à Ricardo
I.2 Analyse de Keynes par rapport à la théorie ricardienne
I.3 Objectifs del’échange international selon Ricardo

II] L’avantage comparatif selon Ricardo
II.1 Présentation du modèle
* Origine
* Apports
* Exemple

II.2 Intérêt de la spécialisation
II.3 Rôle déterminant des prix monétaires dans le processus de la spécialisation internationale
* L’ajustement des salaires nominaux et la réalisation de l’échange international
* La détermination des taux dechange et l’équilibre de la balance des paiements courants

III] Limite du modèle de Ricardo
* Caractère incomplet du modèle
* Caractère inadapté et irréaliste du modèle
* Caractère vague des facteurs qui confèrent à chaque pays la possession d’un avantage comparatif.

Conclusion

INTRODUCTION

Nous allons vous présenter un texte de Renaud DUTERTRE intitulé « la loi comparatifs et la formation des prix internationaux chez Ricardo », paru dans le cahier économique en février 2008. Renaud DU TERTRE, maitre de conférences en sciences économiques à l’université paris Diderot, est un conseiller scientifique au centre d’analysestratégique. En collaboration avec Olivier Passet, chef du département des affaires économiques et financières, sesétudes ont surtout porté sur la croissance des entreprises et le rôle de la finance. Il a notamment contribué à la rédaction du rapport du groupe de travail présidé par Dominique Plihon au commissariat général du plan, Rentabilité et risque dans le nouveau régime de croissance, la Documentation française, 2002; et comme co-auteur avec Olivier Passet, au rapport Promouvoir un environnement financierfavorable au développement de l’entreprise, commissariat général du plan, 2005.
Afin de répondre à la problématique : la spécialisation des pays est-elle mutuellement avantageuse, nous allons analyser le sujet en trois parties : D’abord de l’analyse ricardienne et de l’analyse néoclassique de l’échange international selon les partisans dans l’analyse néoclassique, ensuite l’avantage comparatifselon Ricardo et enfin les limites du modèle.
Mais avant tout, on va définir quelques notions de la spécialisation : en macroéconomie, dans la théorie des avantages comparatifs, la spécialisation est la capacité d’un pays à concentrer sa capacité de production sur un type de biens pour lequel sa compétence est la meilleure. Il laisse aux autres pays la production d’autres biens. Le rééquilibrageest réalisé grâce au commerce et selon la théorie de Ricardo, cela profite à l’ensemble des pays.

I] Comparaison de l’analyse ricardienne et néoclassique de l’échange international

L’ouverture de l’économie sur le marché mondial relève d’un choix collectif sanctionné par une décision gouvernementale et qui doit être réitéré de période en période en fonction des changements quiinterviennent dans le contexte international et qui fait appel à une révision des accords passés entre les pays participants à l’échange. Mais des débats peuvent surgirent du libre-échange concernant la capacité d’un pays à tirer des bénéfices de sa participation au commerce. Et ce sont ces débats que nous allons analyser dans cette première partie, les enjeux de la controverse qui oppose lestenants de la théorie ricardienne et de la théorie néoclassique. On va s’intéresser précisément à trois observations pour éclairer ces enjeux.

I.1 Vision de Marx par rapport à Ricardo

Marx souligne, dans le capital, le rôle déterminant du marché mondial dans la constitution du système capitaliste, et cherche à spécifier les phénomènes susceptibles de contrecarrer la baisse...
tracking img