L'europe de la guerre froide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2167 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
- INTRODUCTION

Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale et jusqu’à la chute du mur de Berlin en novembre 1989, l’Europe a été le continent le plus touché par la guerre froide. En effet, à partir de 1945, elle a été au cœur des relations internationales, notamment d’une part avec les États-Unis, et d’autre part avec l’URSS, chacun de ces deux grands l’ayant voulue sous son influence.Comment l’Europe a-t-elle réagi face à la formation des deux blocs ? Quel rôle a-t-elle joué de 1945 à 1989?
Nous verrons tout d’abord comment l’Europe s’est partagée en deux, puis, dans un deuxième temps, comment se sont déroulées les relations entre Europe occidentale et les États-Unis, et enfin quelles ont été les relations de l’Europe de l’Est avec l’URSS.



- L’Europe partagée en deux.
Eneffet, nous allons tout d’abord étudier les relations internationales de 1945 à 1949, c’est à dire la façon dont l’Europe a été amenée à se partager selon le modèle des deux grands.
Tout d’abord, en février 1945, lors de la conférence de Yalta, Roosevelt, Churchill et Staline, respectivement chefs d’État des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’URSS, se mettent d’accord sur le principe de l’Europelibérée: tous les pays doivent se reconstruire peu à peu et donc doivent élire des gouvernements librement. Des gouvernements de coalition, ou de front national, se mettent en place surtout dans les pays de l’Est de l’Europe. Puis, en Août 1945, à la conférence de Potsdam, l’Allemagne et Berlin sont partagés en quatre zones: une zone américaine, britannique, française et soviétique.
Cependant,des tensions commencent à apparaître et l’expression "rideau de fer" circule déjà en Occident. En mars 1947, Truman, successeur de Roosevelt à la présidence des États-Unis, décide par méfiance de mener une politique d’endiguement, ou "containment", face à l’URSS: en effet, il craint que l’Europe, ruinée par la guerre, ne tombe dans le communisme, et donc dans le camp de l’URSS. Donc, pour aiderl’Europe financièrement, il lance en juin 1947, le plan Marshall: ce plan de "coopération" et "d’assistance économique" a pour but de prêter des dollars à l’Europe afin de permettre sa reconstruction et le retour à la croissance économique. Ce plan est proposé à tous les pays européens, y compris à l’URSS; mais celle-ci le refuse, par opposition idéologique, entraînant avec elle la Tchécoslovaquie etla Pologne. Cependant, elle crée le Kominform, lors de la conférence de Szklarska Poreba (Pologne) en octobre 1947, où est notamment défini la doctrine Jdanov : le monde doit désormais choisir entre le camp "impérialiste et anti-démocratique", sous-entendu les États-Unis, et le camp " de la démocratie et de la paix", c’est-à-dire l’URSS. L’année 1947 est donc l’année des ruptures. Le monde estdevenu bipolaire.
Cependant, si les deux blocs commencent à apparaître dès la fin de 1947, l’Europe, elle, n’est vraiment partagée qu’en 1949. En effet, dès 1947, les communistes des gouvernements de coalition des pays de l’Est, ayant le prestige de la résistance et l’appuie de l’Armée Rouge, pratiquent la stratégie "du salami": ils chassent leurs opposants et forment des partis uniques. C’est le casen Pologne, en Bulgarie et en Yougoslavie. C’est aussi ce qui arrive à la Tchécoslovaquie en mars 1948 après le coup de Prague: sous la pression de manifestants, le président Benes, qui n’est pas communiste, démissionne. Seuls les communistes restent au pouvoir. Cet événement inquiète les occidentaux qui craignent un "coup de Paris" ou "un coup de Rome". De plus, de juin 1948 à mai 1949, lessoviétiques bloquent les couloirs d’accès allant des zones occidentales de l’Allemagne à celles de Berlin: c’est le blocus de Berlin, qui a indirectement mené à la création de la RFA puis à celle de la RDA, à la fin de 1949. Le cas de l’Allemagne marque réellement la séparation des deux blocs: l’Europe est désormais partagée en deux, par le rideau de fer qui s’étend "de Stettin, sur a Baltique, à...
tracking img