L'homme peut vivre sans lois

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (771 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 novembre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
L’homme peut vivre sans lois.



L’Homme peut-il vivre sans lois ? Cette question y’a-t-il quelqu’un qui ne se la soit jamais posée ? Chacun d’entre nous a une fois au moinsaspirer à une vie sans règles, sans interdits, mais serait-ce possible ? Une société sans lois serait-elle envisageable et surtout agréable à vivre ? En réalité nous serions tentés de répondre non, maisa-t-on déjà connu une société sans lois ? Non. On ne nous a pas laissé le choix.



En effet, là est toute l’éternelle question de «  la loi du plus fort », depuis toujours, ilexiste une frontière entre un homme qui se déclare être le plus fort, et qui de ce fait s’octroie le droit de gouverner, de dominer. Il semblerait qu’en tout temps, les souverains, les empereurs, lesprésidents, se soient donnés pour « mission » de diriger un groupe d’homme, un peuple un pays … Mais avons-nous réellement besoin d’être gouvernés, surveillés ? Cette constante répression ne pousse t-ellepas l’homme a vouloir braver les interdits pour dominer lui aussi ? Pour exprimer son mécontentement ? Comment pouvons-nous être sûrs que l’Homme ne choisirait pas la bonne conduite, si il étaitseul à décider de son comportement ?


Aristote, disait « L’Homme est un animal politique », cela signifie que l’homme est naturellement fait pour vivre en société, voyez la fragilitéd’un nouveau-né, qui nous signale d’emblée, que sa condition sera de vivre parmi les hommes. Alors oui, l’Homme est naturellement prédisposé à vivre en société, mais cela ne veut pas dire que la sociétéest nécessaire à l’Homme. Bien au contraire, n’est-ce pas la société qui crée les inégalités parmi les Hommes ?


Jean-Jacques Rousseau défend cette idée, dans son Discours sur lesorigines et les fondements de l’inégalité parmi les Hommes (1755), en décrivant un « état de nature » dans lequel les Hommes vivent non seulement isolés les uns des autres mais sans désir même de...