L'insertion des jeunes issus des zones urbaines sensibles

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 25 (6130 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Université Paris Ouest-Nanterre la Défense
Licence Économie-Gestion
Année universitaire 2008-2009

INFORMATION ECONOMIQUE ET SOCIALE |

L’insertion professionnelle des jeunes issus des zones urbaines sensibles


Nanterre, le 29/05/200

Sommaire

INTRODUCTION………………………………………………………………………....p.3
* I .Les jeunes issus des ZUS confrontés à de nombreuses difficultés pour leur insertion professionnelle.....................................................................................................................p.5

1.Un bas niveau de qualification…………………………………………………………..p.5

2.Un profil sociodémographique contraignants……………………………………...……p.7

3.Des quartiersexcentrés……………………………………………………………...…p.10
*
* II. Une lutte permanente en faveur de l’insertion professionnelle.....................................p.11
1.Différents outils d’aide à l’insertion………………………………………………...…p.11
2…d’efficacité contestée pour les jeunes des ZUS…………………..………………….p.14

CONCLUSION………………………………………………………………………..…p.16

BIBLIOGRAPHIE………………………………………………………………………p.17

ANNEXES :
Rapport d’entretien………………………………………………………………………p.19
Fichesde lecture ………………………………………………………………………………..p.21
Bilans personnels………………………………………………………….……….….…p.25

Introduction

Le chômage des jeunes est un problème concernant tous les pays, aucun n’est épargné. Mais la France est particulièrement touchée et fait piètre figure en Europe. En effet, celle-ci possède un taux de chômage juvénile en 2007 fort élevé de 20 % environ pour les jeunes de 15/25 ansselon l’INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques).

Le risque de chômage dépend étroitement du niveau de qualification et la catégorie de jeunes la plus touchée, est celle des non-diplômés ou très peu diplômés. Cela est dû à une demande de compétences qui a débuté dans les années 1970. En effet, suite aux chocs pétroliers, un climat de crise à l’échelleinternationale s’est installé, nécessitant une réorganisation du travail qui a entraîné une baisse du nombre des postes non qualifiés au profit de ceux exigeant un certain niveau de qualification. L’obtention d’un diplôme est donc un facteur essentiel à l’acquisition d’un emploi. Pourtant, chaque année 60 000 jeunes quittent le système éducatif sans qualification.

De nombreuses enquêtes montrent que cesjeunes non diplômés sont généralement issus de quartiers en zones urbaines sensibles (ZUS) (dans lesquelles la population sans diplôme est deux fois plus élevée qu’ailleurs), ce qui tend à jouer négativement sur leur processus d’accès à l’emploi (nous verrons par la suite pourquoi). Les jeunes y habitants sont donc confrontés à une très forte difficulté d’embauche et le taux de chômage s’élève à42%.

Le but recherché est de comprendre pourquoi le taux de chômage chez les jeunes dans les ZUS est si élevé et comment il est possible de le faire diminuer. De nombreux critères s’opposent à la réussite professionnelle des jeunes habitant dans les zones sensibles. Quels sont t-ils ? Quels en sont les causes ?
Comment lutter contre ses difficultés pour parvenir à leur insertionprofessionnelle ? Tous ces questionnements permettront après une recherche documentaire de répondre à la problématique : « Comment les jeunes habitant des ZUS peuvent surmonter les difficultés qui entravent leur insertion professionnelle ? 
Communément, l’insertion professionnelle est l’accès à un emploi rémunéré mais cela signifie bien plus : cet emploi doit permettre l’autonomie, la confiance en soi et lacapacité à contribuer à la vie de la société. En effet un emploi ne réunissant pas toutes ces conditions ne permettrait pas aux jeunes le possédant de se construire dans des circonstances favorables. Or, nous verrons par la suite que dans les ZUS ces conditions sont très rarement réunies.

Comme il est précisé auparavant, les ZUS ne sont pas les seuls...
tracking img