N'avons-nous de devoirs qu'envers autrui ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2982 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
N'avons-nous de devoirs qu'envers autrui ?

Les devoirs, au pluriel, s'entendent comme l'ensemble des obligations déterminées auxquelles la loi ou la morale nous contraignent. Autrui désigne cet alter ego, cet autre moi-même, qu'incarne toute personne humaine semblable à moi. S'interroger sur la possibilité d'un devoir envers une "chose" autre qu'autrui revient à se demander si la loi ou lamorale peuvent validement imposer un tel impératif, qui introduirait une dissymétrie contestable. En principe, les citoyens respectent la loi parce que cette loi oblige également tous les autres citoyens ; et si l'individu suit une conduite morale, c'est bien, comme le dit Kant, parce qu'il attend une conduite similaire en retour, de la part d'autrui. Le fondement même de la loi et de la moralesupposent la possibilité d'une réciprocité de comportements, réciprocité qu'on ne peut évidemment pas attendre d'une chose comme "un animal" ou d'un concept comme "la patrie".

A première vue, loi et morale se donnent seulement pour but de régler et d'harmoniser les relations interpersonnelles. Aussi les obligations qu'elles imputent aux sujets de droit (ou aux sujets moraux) ne visent-elles, enprincipe, que d'autres personnes humaines. Il est d'ailleurs bien difficile, dans l'ensemble des devoirs que nous impose la loi, d'en trouver un qui échappe à cette règle. Les devoirs civils (les contraintes du code de la route, par exemple, ou les obligations des parents au sein de la famille) visent souvent des personnes déterminées (autres usagers de la route, enfants). Dans d'autres cas, autruiest désigné collectivement : lorsqu'un soldat "fait son devoir" en partant au front, il défend sans doute cette abstraction qu'est la "patrie", mais dans les faits, cette "patrie" s'incarne bien dans des personnes physiques (famille, amis, voisins etc.). Il arrive également qu'autrui soit bénéficiaire "par ricochet" d'un devoir visant, en apparence, une chose extrajuridique. Ainsi, les "devoirsenvers l'environnement" (interdiction de polluer par exemple) ont pour ambition, en fait, de préserver les droits d'autrui à un environnement sain. Directement ou indirectement, donc, autrui s'avère bien toujours le bénéficiaire ultime des devoirs.

Quid, cependant, du devoir de respecter ses devoirs, et de les accomplir ? L'expérience enseigne que certains citoyens ne respectent pas les obligationsque la loi leur impose. Dès lors, la loi et la morale peuvent bien enseigner qu'on "doit" respecter la loi et la morale : un individu résolu à violer la loi ou à se soustraire à la morale n'en accomplira pas moins son forfait. Aussi respecter la loi et la morale ne peuvent constituer des "devoirs" stricto sensu ; et pourtant, une majorité de citoyens s'y sentent tout de même obligés. Pourquoi ?N'est-ce pas, tout simplement, par crainte de l'exclusion  - dans le souci de ne pas se mettre en marge de la société ? Cette attitude sociable, que Kant nomme la "bonne foi", même dictée par un intérêt bien compris, n'en est pas moins impérative. Respect de la parole donnée, respect de l'adhésion personnelle à l'Etat, elle constitue à proprement parler un devoir envers soi-même.

Plusieurschamps de recherche s'ouvrent alors. Primo, on peut assez facilement rappeler que, dans la mesure où autrui est un alter ego, il suffit qu'un devoir envers autrui porte sur ce qui nous rapproche (sur la partie "ego" d'autrui - ainsi la dignité humaine, la conscience ou la liberté naturelle, dans l'optique des Lumières) pour que ce même devoir surgisse envers nous-mêmes. Secundo, dans une perspectiveutilitariste, on pouvait montrer que, finalement, ces "devoirs envers autrui" se fondent tous sur un intérêt personnel égoïste et, après avoir remarqué que nous ne nous reconnaissons de devoirs qu'envers nous-mêmes, s'interroger sur la moralité de la morale elle-même, ou de la loi (avec une référence à Nietzsche, par exemple). Tertio, il était évidemment possible d'interroger assez radicalement la...
tracking img