Église sous la révolution

2119 mots 9 pages
l’abbé Grégoire, curé et député qui avait participé à la rédaction de la constitution civile du clergé fut élu évêque constitutionnel et devint le chef de l’église constitutionnelle de France. La plupart des réfractaires prirent le parti de la contre-révolution. Dès lors, une forte tension se développa entre les ecclésiastiques et les patriotes. De très nombreux catholiques, paysans, artisans ou bourgeois qui avaient soutenu le Tiers Etat rejoignirent ainsi l’opposition. Les prêtres perdaient leur position de médiateur. Ce débat agita la société française pendant les 6 premiers mois de 1791. Le 29 novembre 1791, un décret de l’Assemblée exigeait des prêtres réfractaires un serment civique et donna aux administrateurs locaux la possibilité de les déporter de leur domicile en cas de trouble. Certains durent donc envisager de fuir.
La diffusion des idées des Lumières est certainement aussi un facteur de motivation pour prêter ou non-serment. La présence d’un nombreux clergé gallican et janséniste dans le Bassin Parisien est pour certains une des raisons pour lesquelles le serment a eu beaucoup de succès dans cette région.

II. Une époque imprégnée des idées des Lumières.
A. Deux points de vue divergents.
D’inspiration gallicane, la constitution civile du clergé souhaitait établir l’indépendance totale en matière doctrinale de l’Eglise de France à l’égard de la papauté. Son organisation se calquait sur celle de l’administration civile. Certains la considérèrent comme le résultat de la politique janséniste.
Le jansénisme est un mouvement religieux puis politique qui s’est développé depuis le XVII° siècle en réaction à certaines évolutions de l’Eglise catholique et à l’absolutisme royal. D’abord assimilé à une réflexion théologique centrée sur la grâce divine, le jansénisme oriente son courant politique vers une théologie morale, une nouvelle organisation de l’Eglise catholique qui mêle foi et vie chrétienne où le clergé doit trouver sa place dans les

en relation

  • Eglise et république (1870-1914)
    3201 mots | 13 pages
  • « Structures de clivages, systèmes de partis et alignement des électeurs : une introduction. »
    2091 mots | 9 pages
  • La religion durant la révolution
    1974 mots | 8 pages
  • Repères
    803 mots | 4 pages
  • J'aime les saucisses
    890 mots | 4 pages
  • Nathan Matt I Antoine
    804 mots | 4 pages
  • Religion en europe des lumières au romantisme
    2486 mots | 10 pages
  • Pouvoir révolutionnaire et religion
    1553 mots | 7 pages
  • ^Le panthéon
    962 mots | 4 pages
  • Relations patriarcat orthodoxe, politique, à l'ère post-communiste en russie
    1893 mots | 8 pages