9 Autrui la société et les échanges fiche

Pages: 5 (2702 mots) Publié le: 19 septembre 2015
Autrui, la société et les échanges.

Introduction.
L’individu est à la fois dépendant et indépendant des différents groupes auxquels il appartient : famille, entreprise, association, nation. Est-ce lui qui constitue la société ou la société qui constitue les individus qui la compose ? Le lien social élémentaire est constitué par la relation à autrui, Cette relation est-elle imposée ourelève-t-elle d'une nécessité intérieure ?
Mes rapports avec autrui sont ambivalents car il est à la fois nécessaire à mon développement personnel et parfois un obstacle à la réalisation de mes désirs. De même, ce qui soude une société est aussi souvent ce qui l’oppose à une autre. Avoir des ennemis communs est souvent une manière de se réunir. Comment la société fait-elle face à la violence en son sein et àl’extérieur (guerre) ?
Ce sont les échanges qui forment le lien social dans la mesure ou on ne parle pas seulement d’échange marchand mais d’échange de sentiments par exemple. Au-delà de la satisfaction des besoins, qu’est-ce qui fonde la nécessité des échanges? L’extension du domaine du commerce à toutes les activités et à tous les biens est-il légitime ?
I. Les hommes sont-ils par nature desêtres sociaux?

a. Peut-on vivre seul?
1. Texte Bergson
2. L’homme peut-il être pensé comme un individu, c'est-à-dire un être indépendant sans relation avec les autres ? L'individu existe de façon séparée, donc avec des intérêts qui lui sont propres.
Descartes (Lettre à Elizabeth)soutient pourtant que c’est un devoir moral d’avoir conscience « qu'il ne saurait subsister seul » En effet, chacun n'estce qu'il est que grâce au tout auquel il appartient, qui est constitué d'ensembles imbriqués les uns dans les autres. Cependant, l'examen des conséquences de l'égoïsme d'une part et des bienfaits qu'il apporte d'autre part en montre la valeur et la nécessité.
3. Pour Marx (Introduction générale à la critique de l’économie politique) les robinsonnades (histoires d’hommes qui vivent totalementisolés de la société, comme Robinson sur son île) sont des fictions idéologiques : c'est-à-dire des histoires illusoires, fondées sur le désir de croire que l’homme est par nature libre et indépendant. Ces fictions montrent non pas comment l’homme était à l’origine mais comment la nouvelle société capitaliste souhaite qu’il soit. Marx critique les théories du contrat social qui prennent l’aboutissementde l’histoire pour son point de départ. La nouvelle société veut faire du travailleur un producteur isolé, ce qui est aussi absurde qu’un homme qui acquerrait une langue tout seul. Plus on remonte dans le temps plus on voit l’individu dépendant de liens étroits (familiaux, claniques, communautaires). Au XVIIIème siècle ces liens ne lui apparaissent plus que comme des moyens qui peuvent être misau service d’une réussite personnelle. Cela ne peut effacer le fait que « L’homme est non seulement un animal social, mais il ne peut s’individualiser que dans la société. »
b. La vie en société est-elle le fondement de notre humanité ?
1. L’individu seul ne peut pas subvenir à ses besoins. L’association avec ses semblables est donc une nécessité. Mais la société n’est-elle qu’une associationvisant à la coopération mutuelle ? Pour Aristote elle est bien plus que ça. Dans Les Politiques I, 2 il soutient que « l’homme est un animal politique » ce qui veut dire qu’il est naturellement sociable. Sans la société l’individu ne serait qu’une bête ou un Dieu. D’ailleurs des philosophes qui revendiquaient un retour à une vie naturelle et solitaire s’appelaient eux-mêmes les cyniques (les chiens).Ce n’est qu’au niveau de la société que l’homme trouve son plein épanouissement. En effet, si l’homme possède le langage c’est afin de pouvoir donner un sens à son existence au moyen de valeur comme le bien et le mal, le juste et l'injuste. Or, « avoir de telles notions en commun c'est ce qui fait une famille et une cité. » En partageant des valeurs communes on participe à la vie bonne, la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • la société et les échanges
  • Fiche 9
  • Doit-je obligatoirement respecter autrui pour échangé avec lui
  • Pourquoi faisons-nous des échanges dans la société ?
  • Societe et echange philo
  • Fiche de révision sur autrui
  • Fiche 9 Les fausses confidences
  • Fiche d'arrêt 9 mai 1984

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !