Aide

272 mots 2 pages
Rousseau suppose l’existence d’un « état de nature » avant l’instauration de l’état social. Bien sûr, il ne s'agit encore que d'une supposition théorique: l'état de nature est un état qui n'existe pas, qui n'a jamais existé et n'existera jamais, mais dont il est utile d'avoir une idée pour distinguer en l'homme ce qui vient de sa nature de ce qui vient de la société. Cette fiction théorique lui permet d’étayer sa réflexion philosophique et, surtout, de comprendre ce qu’est l’ « homme naturel », dénué de tout ce que la société a fait de lui. En d’autres termes, il veut remonter à l’homme individuel, hors de l’homme social.

En effet, pour Rousseau, l’homme naturel est animé de deux passions : l’amour de soi et la pitié. L’amour de soi, c’est l’instinct de conservation, ce qui fait que l’homme cherche à se préserver et à se conserver. La pitié incite, quant à elle, l’homme à avoir une « répugnance naturelle à voir périr ou souffrir tout être sensible et principalement nos semblables ». De là l’idée maîtresse de Rousseau : l’homme est bon, c’est la société qui le corrompt. Mais attention, si l’homme naturel est bon, il n’est pas pour autant moral. Pour accéder à la moralité, l'homme doit développer une conscience du bien et du mal et entretenir des relations constantes et durables avec ses semblables, ce qu'il ne peut faire qu'en accédant à l'état social. La morale étant une création sociale, l'homme

en relation

  • Aide
    1331 mots | 6 pages
  • Aide
    1534 mots | 7 pages
  • Aide
    636 mots | 3 pages
  • aide
    392 mots | 2 pages
  • aide
    929 mots | 4 pages
  • aide
    622 mots | 3 pages
  • Aide
    1572 mots | 7 pages
  • Aide
    2492 mots | 10 pages
  • Aide
    3776 mots | 16 pages
  • Aide
    357 mots | 2 pages