Analyse antigone anouihl

1720 mots 7 pages
Antigone d'Anouilh

Antigone est l’un des personnages les plus célèbre du théâtre antique : déjà, en 442 av. J.-C., dans la pièce de Sophocle, elle incarne l’obéissance à des lois divines et morales, qui transcendent la justice humaine. Antigone a ainsi inspiré de nombreux auteurs dramatiques. En 1944, sous l’occupation allemande, Jean Anouilh fait d’elle une figure de la résistance à l’oppression. Comment parvient-il à renouveler le thème ? Quels sont les différents procédés dramatiques mis en œuvre ?

I. Le sujet

• Le sujet de la pièce et son déroulement sont fidèles à la tragédie de Sophocle.
La scène se passe à Thèbes. Les deux fils d’Œdipe, Étéocle et Polynice, se sont entre-tués sous les murs de la ville. Le roi Créon a ordonné de n’enterrer qu’Étéocle, laissant sans sépulture celui qu’il considère comme traître, Polynice (ce qui, selon les Anciens, condamne son âme à errer éternellement). Quiconque enfreindra la loi sera puni de mort. La sœur d’Étéocle et de Polynice, Antigone, ose braver l’interdit et défier Créon : elle accomplit à deux reprises les rites funéraires. Découverte, elle est condamnée à mort, malgré l’intervention de son fiancé, Hémon, fils de Créon. Elle se pend dans la caverne où elle est emmurée, et Hémon se suicide sur son corps.

II. Les thèmes

1. Le duel entre morale et politique

Le thème principal de la pièce est l’opposition entre les lois de la société, justifiées par l’ordre et le pouvoir, et une loi non écrite, celle des obligations dues aux morts et à la famille. • L’interdiction formulée par Créon n’est pas despotique mais politique. Étéocle et Polynice étaient « deux larrons en foire qui se trompaient l’un l’autre en nous trompant et qui se sont égorgés comme deux petits voyous qu’ils étaient, pour un règlement de comptes ».
Pour que l’ordre règne dans Thèbes, après cette révolution manquée, il faut rassembler les esprits. Créon s’en explique ainsi : « il s’est trouvé que j’ai eu besoin de faire un héros de

en relation

  • Fiche lecture médée, anouilh, sénéque, euripide
    2218 mots | 9 pages