Analyse de phénomènes linguistiques

Pages: 25 (6106 mots) Publié le: 17 août 2014
M1 Pro – Di-Fle
UE 24 – Devoir

D. Fabienne
Juillet 2012

Master 1 Pro – Di Fle
2011 - 2012
UE 24
Langue, fonctions, usages

Devoir final
portant sur:

Le discours rapporté
Les fonctions du langage
La notion d'entité discursive
La notion de valeur
La notion de signe
La notion de double articulation du langage
La notion d'arbitraire du signe linguistique

Fabienne D.
Devoircomposé en juillet 2012

1 / 17

M1 Pro – Di-Fle
UE 24 – Devoir

D. Fabienne
Juillet 2012

I / Sur le discours rapporté
Ce texte est un article extrait du journal Le canard enchaîné. Il me semble important
d'introduire cette analyse en précisant que l'auteur de ce texte est un journaliste car cela explique
le fait que son discours soit truffé d'énoncés rapportés. En effet, en tantque journaliste, le fait
d'introduire des emprunts et des références à son discours crédibilise sa production. Ainsi,
l'insertion dans le texte et la forme de ce type d'énoncé prennent diverses tournures.

Nous allons dans un premier temps traiter les éléments qui s'apparentent au discours
direct.
D'après les informations apportées dans la section (13), le seul énoncé, me semble-t-il,
de cetexte répondant à la définition classique du discours direct est celui-ci: « une semaine
cruciale pour l'euro » (l.15). Cet énoncé est introduit par le verbe annonce (l.15) qui signifie
l'acte de parole qu'il accomplit, nommé verbe de dire. Le propos rapporté est complément, au
niveau syntaxique, du verbe qui l'introduit.
Ensuite, la précision de Le Goffic concernant la nature des verbespouvant servir
l'introduction de discours direct: « il n'y a guère de verbe […] qui ne puisse jouer [le] rôle
[d'introducteur de DD]. », permet de recenser les éléments suivants: « plan historique » (l.3),
« accord historique » (l.5), « sommet de l'extrême urgence » (l.11). En effet, ces énoncés sont
précédés par des verbes qui ne sont pas des verbes de dire: salue (l.3), célèbre (l.4) et fairefrémir (l.11). Néanmoins, ces verbes ont la fonction d'introduire les énoncés, que, de fait, ils
subordonnent.

Ensuite, certains segments de cet extrait soulèvent des cas qui ne sont pas pris en compte
par les définitions classiques du discours direct. Ils ne sont pas non plus évoqués tels quels dans
les définitions plus larges rapportées dans la section (13). Le seul élément commun qui permettede les apparenter au discours direct est la présence des guillemets. En effet, ce signe
typographique assure la fidélité de l'emprunt à un autre énonciateur. Cependant, leur mode
d'introduction ne correspond pas à la définition classique.
C'est le cas de l'élément « déterminé à sauver l'euro » (l.6). Il est introduit par un verbe
de dire. Cependant, notons que la structure dans laquelle ilapparaît, notamment par la présence
du mot subordonnant que, correspond à celle du discours indirect. Ainsi, la manière dont cet
énoncé rapporté est introduit au texte mêle les critères qui correspondent au discours direct et
au discours indirect.
2 / 17

M1 Pro – Di-Fle
D. Fabienne
UE 24 – Devoir
Juillet 2012
Mentionnons ensuite le cas de l'élément: « 90% de chance [d'être] apportée »(l.13).
Cet élément est articulé à un verbe de dire: a prédit l'indéboulonnable Alain Minc (l.14). Notons
cependant que celui-ci n'apparaît que dans la ligne suivante. Ainsi, le caractère rapporté du
propos est mis en évidence d'une manière cataphorique. L'énoncé rapporté n'est donc pas
introduit, au sens classique.
Relevons également le cas des éléments: « éviter l'effet domino » (l.10), « lesursaut ou
le chaos » (l.12). Ces éléments sont introduits par la tournure impersonnelle il faut (l.10) et le
présentatif c'est (l.12). Ainsi, le L1 n'indique pas explicitement que le propos est emprunté,
seules les marques typographiques, les guillemets, permettent d'identifier que ces éléments sont
rapportés mot pour mot, donc en un sens, directement.
Notons par ailleurs que le cas de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Analyse du phénomène linguistique du verlan
  • Les phénomènes linguistiques dans la publicité françaises
  • Analyse linguistique
  • Analyse du phénomène e-troc
  • Analyse d'un phénomène de société
  • Analyse des besoins de formation linguistique
  • Analyse critique de la linguistique Saussurienne
  • Linguistique et analyse du discours

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !