Autrui

Pages: 11 (2564 mots) Publié le: 13 décembre 2012
i"Je n’existe que dans la mesure où j’existe pour autrui."
Emmanuel Mounier (1905-1950)

"L’enfer, c’est les autres"
Jean-Paul Sartre (1905-1980)

Par cette phrase tirée de sa pièce Huis clos, Sartre signifie que je suis prisonnier du regard des autres. L’enfer signifie que ma liberté est aliénée en ce qu’elle dépend des autres, de leurs opinions et sentiments.

Je crois être libre, alorsque "les autres", mon entourage, la société, m’enferment dans une image toute faite. L’enfant, déjà, est prisonnier du regard de ses parents qui choisissent son prénom et projettent sur lui leurs désirs et leurs projets. L’adulte est prisonnier de son métier, de sa vie familiale, de ses amis même qui veulent qu’il soit et reste tel qu’ils le désirent.

Ainsi, chacun inconsciemment s’aliène auxdésirs des autres au lieu d’être lui-même et d’assumer sa liberté au risque de décevoir son entourage.

"L’enfer, c’est les autres" signifie que notre liberté est souvent aliénée par la pression sociale. Souvent, "Je" est ce que les autres en font ou attendent de moi.

I. L'étranger
 
Autrui, c'est l'autre, "celui qui n'est pas moi" (Sartre, l'Etre et le néant, III). Certes, il m'estsemblable, puisqu'il est cependant un autre homme, un homme comme moi. Mais c'est précisément ce qui me rapproche d'autrui qui, paradoxalement, m'éloigne de lui. En effet, si nous sommes semblables, c'est que nous sommes tous deux doués de conscience. Mais justement cela nous sépare de façon irrémédiable. En effet, le domaine de la conscience est celui de l'intériorité, une intériorité inaccessible etimpénétrable pour l'autre. Ma subjectivité est comme une forteresse où je peux me réfugier et trouver la paix si l'on m'agresse. Personne ne peut venir y troubler la paix que je décide d'y faire régner. Pressé de questions, si je décide de garder le silence, personne ne pourra violer cette intimité. L'intériorité de la conscience est un refuge.
 
On peut bien m'obliger à faire ce que je réprouve,on ne peut pas contraindre mes pensées. L'esclave peut ainsi rêver qu'il est libre. Mais "mon jardin secret est une prison" (Gaston Berger, Du prochain au semblable: esquisse d'une phénoménologie de la solitude). En effet, ma subjectivité m'isole de façon irrémédiable. Elle est à l'origine d'une solitude essentielle, c'est-à-dire non pas due au hasard des circonstances, et à laquelle descirconstances plus favorables pourront mettre un terme, mais une solitude irréductible parce qu'elle tient à la nature même de l'homme.
 
Tout homme est nécessairement un étranger pour les autres. Lévinas, dans Totalité et infini, en attribue la cause à cette "absence de patrie commune qui fait de l'autre l'Etranger". Nous n'avons pas de "patrie commune", précisément parce que nous sommes deuxconsciences de soi. De ce fait, chacun est intérieur à lui-même. Entre deux intériorités, il n'y a pas de lieu commun, pas d'espace commun. Entre autrui et moi, il y a une distance. Cette distance est absolue car elle est la distance qui sépare deux sujets. Entre deux objets, la séparation n'est que relative, la distance est seulement spatiale, mesurable. Même entre deux objets aussi éloignés qu'on voudra,la distance est relative. Entre la Terre et une galaxie lointaine, la distance est considérable mais finie, limitée.
 
Entre autrui et moi, la distance est infinie, absolue, incommensurable - impossible à mesurer. La relation entre les hommes est donc à penser d'abord sur le mode de la séparation. Toute communion (ne faire qu'un) est impossible. La communication elle-même et la connaissancemutuelle sont compromises. Chacun est sujet de ses propres pensées. Il est impossible d'être le sujet des pensées de l'autre, de penser à sa place. Prendre conscience de soi est un acte solitaire. De même, celui qui veut pratiquer l'introspection aura intérêt à fuir la compagnie des autres, qui ne pourrait que le détourner de soi, pour être seul avec lui-même.
 
Aussi bien, il est impossible...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Autrui
  • Autrui
  • Autrui
  • Autrui
  • autrui
  • Autrui
  • Autrui
  • Autrui

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !