Bertrand

3782 mots 16 pages
ECON026 – NC9

M. Cincera

III. THEORIE DE L’OLIGOPOLE (1ère partie)

III.1

Introduction à la théorie des jeux (non-coopératifs)

La théorie des jeux tient une place de plus en plus importante dans l’analyse des stratégies d’entreprises ; elle traite des choix d’individus rationnels et des conséquences de leurs interactions et englobe à ce titre de manière implicite les modèles de la théorie néoclassique. La théorie des jeux constitue de cette manière une grille de lecture applicable à des situations diversifiées ; elle permet d’envisager la solution d’un problème dans différents cadres stratégiques considérant la présence ou non de coopérations ou de communications. La première étape consistera à formaliser de manière schématique une situation conflictuelle entre plusieurs agents décideurs (joueurs) sous forme d’un jeu impliquant une description des actions possibles, une évaluation numérique des résultats de celles-ci en termes de paiements pour chacun des agents décideurs (gain des joueurs), et une analyse de leur occurrence en terme de probabilité (hasard). La seconde étape consistera à analyser la formalisation du jeu et à en prévoir l’issue (solution) en fonction des stratégies considérées. Cette étape ne permet que rarement de définir une issue unique (équilibre) sans artifices supplémentaires (extensions) qui remettent en question la formalisation du jeu obtenue à la première étape et nécessitera une révision de celle-ci. La plupart des jeux ne pourront donc être résolus en l’état et devront être étendus de manière à rapprocher la théorie des jeux de ses applications potentielles.
a) jeu

La théorie des jeux permet d’étudier des situations conflictuelles ayant des points communs, mettant plusieurs personnes en causes et pouvant être formalisées au moyen de règles communes sous forme d’un jeu. Une situation peut être considérée comme un jeu si elle comporte les éléments suivants : •
• •

une liste d’individus appelés joueurs : i = 1, … , N ;

en relation

  • Bertrand
    1633 mots | 7 pages
  • Bertrand
    318 mots | 2 pages
  • Bertrand
    760 mots | 4 pages
  • Bertrand russell
    459 mots | 2 pages
  • Bertrand tavernier
    782 mots | 4 pages
  • Aloysius Bertrand
    967 mots | 4 pages
  • Bertrand du guesclin
    2491 mots | 10 pages
  • Aloysius bertrand
    281 mots | 2 pages
  • Bertrand russel
    1312 mots | 6 pages
  • Arrêt bertrand
    2307 mots | 10 pages