Céline mort de robinson

Pages: 10 (2399 mots) Publié le: 3 mai 2010
Voyage au bout de la nuit : La mort de Robinson
Etude du style célinien
I « L’émotion du parlé à travers l’écrit » : une fausse oralité

A Les marques de l’oralité
1) Vocabulaire
a) simplicité pour dire la mort («  c’était une affaire où tout était nouveau » (l. 10), « il s’en allait », euphémisme, l.11), la compassion (« la grande idée humaine », l. 24), les derniers mots du mourant(« des choses », l. 37)
b) registre familier : « crever (l. 25 ; 28 ; 30), sale pilule (l.15), vacherie (l. 14), la merde (l.16), pleurnicher (l. 32), ile en bavait (l. 18), et tout (l. 10), des fois (= parfois, l. 21)
→ Ce type de vocabulaire, qui refuse le pathos, fait de la mort un événement ordinaire, ancré dans le quotidien
2) Un temps populaire : le passé surcomposé
« QuandParapine lui a eu fait sa piqûre » (= passé antérieur : quand P. lui eut fait…)
3.) Syntaxe
a) relâchement propre à l’oral :
- « nous » remplacé par « on », tout au long du texte, « cela par « ça » (l. 6, 23) → cela permet le passage du « on » substitut de « nous » à un « on » à valeur générale (réflexions sur l’impuissance des vivants, lignes 8 à 16)
- suppression de la particule négative« ne (« on a plus guère » (l.13), « j’y arrivais pas » (l.17), « j’en avais pas » (l. 23), « j’étais pas grand…j’avais pas la grande idée » (l. 23-24)…) 
- adverbe remplacé par l’adjectif (« il nous regardait, bien fixe (= fixement, l. 8)
- suppression du sujet (« faut jouir », l. 30) »  → toutes ces tournures contribuent à la rapidité du récit
b) les incorrections syntaxiques
- les« que » : « qu’on se dit » (= se dit-on, l. 16) ; « deux trous que j’ai retrouvés » (l. 4, au lieu de l’ordre sujet –verbe- complément, j’ai retrouvé deux trous  - la tournure met l’accent sur les trous, plutôt que sur l’action, donc sur le personnage de Robinson plutôt que celui du narrateur) ; « ce qu’on a besoin » (l. 28 = ce dont on a besoin) ; « et qu’on n’oserait plus lui parler » (l. 51 =auquel on n’oserait plus parler) → simplification de la syntaxe
- « une fois déshabillé on a pu l’examiner » → raccourci qui suit le mouvement de la pensée
c) les effets de rappels
- reprises pronominales : « je l’avais vu bien malade moi » (l. 9), « j’étais pas grand comme la mort moi » (l.24), « comme s’il nous avait cherché à nous …» (l. 40), « On s’est levés nous » (l. 49) → insistance,marques d’affectivité
- la phrase célinienne : elle consiste à faire suivre au sein d’une même phrase une partie exclamative jaillissant spontanément d’une partie explicative. L’absence de ponctuation crée une phrase unique à deux sommets d’intensité : «  Elle était déjà bien tendue / la paroi sous les doigts » (l. 3), « On l’a chassée, tracassée / la pitié » (l. 14), « s’ils avaient pas changéun peu / les hommes » (l. 20) « il était un peu malin malgré tout /Léon » (l. 26), « Ils pleurnichent encore…/ les mourants » (l. 32), « elles sont restées en l’air / ses mains » (l. 49) → la phrase disloquée suit ainsi le mouvement de la pensée, sa spontanéité.

B Une fausse oralité : une langue littéraire
1) La langue familière est un choix qui alterne avec des tournures relevant del’écrit
- association passé simple / passé composé (« Dès que nous fûmes…j’ai envoyé » (l. 1))
- phrase négative sans « ne » suivie d’une interrogation complète (« J’y arrivais pas…Il ne me trouvait pas » l. 17)
- association nous / on (« nous avons pu monter Léon…on a pu l’examiner » l 2)
2) Une langue qui joue sur le rythme de la phrase
a) multiplication des rythmes ternaires : « On nele retenait plus…il s’en allait…il transpirait » (l. 10), «il ne me trouvait pas…il en bavait …il devait chercher» (l.18 ), « si des fois le monde aurait pas fait des progrès… s’ils n’avaient pas changé un peu…s’il avait pas été des fois injuste » (l.18 -22), « ils pleurnichent…ils réclament…ils protestent »(l. 32), «  il pleurait, il étouffait, et il riait » (l.38)« abondante, interne,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La mort de robinson
  • Céline voyage au bout de la nuit- la mort du colonel
  • Robinson l'africain : représentations du trouble dans voyage au bout de la nuit de céline
  • Robinson
  • Robinson
  • Robinson
  • Robinson
  • Robinson

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !