CARAT

Pages: 16 (3808 mots) Publié le: 29 avril 2014
CARAT
 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Phase
 d’analyse
 appliquée
 –
 schéma
 d’analyse
 par
 thème
 :
 

 
2.1
 –
 Analyse
 de
 l’activité
 

 
2.2
 –
 Etude
 des
 moyens
 mis
 en
 œuvre
 et
 de
 la
 combinaison
 productive
 

 
2.3
 – Analyse
 de
 la
 rentabilité
 

 
2.4
 –
 Financement
 et
 trésorerie
 

 
2.5
 –
 Note
 de
 synthèse
 en
 2
 pages
 destinée
 à
 résumer
 une
 problématique
 
d’entreprise
 ou
 
 
tout
 au
 moins
 les
 points
 de
 force
 et
 de
 faiblesse.
 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 


 

2.1 – Analyse de l’activité
 


 
ANALYSE
 DU
 MARCHE
 DE
 NOS
 JOURS
 :
 

 

 
Le
 marché
 de
 la
 bijouterie
 de
 luxe
 et
 de
 la
 haute
 joaillerie
 a
 renoué
 avec
 une
 croissance
 
vigoureuse
  depuis
  2010.
  L’ensemble  des
  zones
  de
  consommation
  (Japon
  compris)
  ont
 
bénéficié
  de
  la
  reprise,
  même
  si
  l’Asie
  hors
  Japon
  constitue
  le
  principal
  moteur
  de
  la
 
croissance.
 

 
Si
  2012
  marque
  une
  décélération,
  ce
  ralentissement
  doit
  être
  nuancé
  après  deux
 
exercices
  exceptionnels.
  Par
  ailleurs,
  le
  marché
  dispose
  d’importants
  réservoirs
  de
 
croissance.
 La
 bijouterie-­‐joaillerie
 demeure
 en
 effet
 le
 segment
 le
 moins
 mature
 du
 luxe
 
(source
 :
 INSEE)
 
 

 
La
 bijouterie-­‐joaillerie,
 nouveau
 terrain
 de jeu
 des
 maisons
 et
 groupes
 de
 luxe.
 
L’heure
 est
 à
 la
 mise
 en
 œuvre
 de
 stratégies
 volontaristes
 qui
 rebattent
 les
 cartes
 sur
 un
 
marché
 traditionnellement
 dominé
 par
 les
 spécialistes
 (Exemple
 CARAT)
 

 
La
 bijouterie-­‐joaillerie
 n’est
 plus
 l’affaire des
 seuls
 spécialistes.
 La
 plupart
 des
 grandes
 
maisons
  ont
  pénétré
  la
  bijouterie-­‐joaillerie
  dans
  le
  cadre
  de
  leur
  politique
  de
  brand
 
stretching.
  Si
  cette
  diversification
  peut
  être
  opportuniste,
  de
  plus
  en
  plus
  de
  marques
 
optent pour
 une
 stratégie
 volontariste
 :
 développement
 de
 collections
 de
 haute
 joaillerie
 
(Louis
 Vuitton,
 Dior,
 Chanel,
 Gucci,
 Hermès,
 Ralph
 Lauren,
 …),
 ouvertures
 de
 boutiques
 
dédiées
  (Chanel,
  Dior,
  Versace,
  Louis
  Vuitton,
  …),
  investissement
  dans
  des
  ateliers  de
 
haute
 joaillerie
 (cf.
 Louis
 Vuitton,
 Chanel).
 

 
Parallèlement,
 les
 leaders
 du
 luxe
 ont
 procédé
 à
 des
 acquisitions
 afin
 de
 renforcer
 leur
 
portefeuille
  de
  marques.
  Si,
  jusqu’en
  2010,
  le
  marché
  était
  dominé
  par
  les
  spécialistes,
 
les  récentes
  opérations
  de
  croissance
  externe
  ont
  bouleversé
  la
  donne.
  L’arrivée
  de
 
Bulgari
 dans
 le
 portefeuille
 de
 LVMH
 a
 permis
 au
 groupe
 de
 se
 hisser
 dans
 le
 trio
 de
 tête,
 
loin
  toutefois
  derrière
  Tiffany
  et
  Richemont.
  Avec
  le...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Carat espace et uda

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !