cas roine

379 mots 2 pages
John Maynard Keynes (/keɪnz/), né le 5 juin 1883 à Cambridge et mort le 21 avril 1946 à Firle, est un économiste et essayiste britannique. Sa notoriété est mondiale. Il est le fondateur de la macroéconomie keynésienneNote 1. Le keynésianisme, la nouvelle économie keynésienne, le néokeynésianisme ou le post-keynésianisme sont issus de son œuvre. Considéré comme l'un des plus influents théoriciens de l'économie du XXe siècle1, il fut, en tant que conseiller officiel ou officieux de nombreux hommes politiques, l'un des acteurs principaux des accords de Bretton Woods, après la Seconde Guerre mondiale.

Il a aussi été très jeune un auteur à succès, avec l'écriture d'un livre sur le traité de Versailles intitulé Les Conséquences économiques de la paix, publié en 1919, et la rédaction d'articles pour les journaux. Sa première somme théorique fut le Traité sur la monnaie. Mais son œuvre majeure est sans conteste la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie (1936). Ce livre, après d'autres, s'en prend à la loi de Say, un des fondements du laissez-faire.

La force de John Maynard Keynes réside dans le fait qu'à la différence de ses prédécesseurs, il élabore une théorie nouvelle ainsi que les outils conceptuels nécessaires à la mise en place de politiques économiques alternatives. Ses travaux sont utilisés après la Seconde Guerre mondiale dans le cadre de la mise en place de l'État-providence. Selon Kenneth R. Hoover, KeynesNote 2 aurait eu à son époque une position « centriste » entre d'une part Friedrich Hayek et d'autre part Harold Laski, un des inspirateurs de l'aile gauche du parti travailliste. Il est souvent considéré comme ayant donné aux sociaux-libéraux britanniques la théorie économique qui leur manquait.

Sa pensée, notamment le courant keynésien dit de la synthèse néoclassique longtemps dominant aux États-UnisNote 3, a perdu selon ses partisans une large part de son influence à partir du début des années 1980 avec la montée en puissance du

en relation

  • Tristan et isseut
    112235 mots | 449 pages
  • Séquence n°4 : la fuite du temps dans la poésie française.
    1694 mots | 7 pages
  • Tristan et Iseut
    6780 mots | 28 pages
  • Vincent Finielz rapport de stage Partie 1 3
    2069 mots | 9 pages
  • Semiotique
    3177 mots | 13 pages
  • Les démonstratifs de l’ancien français : un système encore personnel ?
    7387 mots | 30 pages
  • L'espace dans guillaume d'angleterre
    5103 mots | 21 pages
  • Faut-il reprocher au langage d'être équivoque ?
    9226 mots | 37 pages
  • Cours francais
    12002 mots | 49 pages
  • Putin de sa mère
    5261 mots | 22 pages