cinema

498 mots 2 pages
Tintin au Tibet (Hergé)
On voit le capitaine Haddock monter sur la passerelle qui n’est pas reliée à l’avion, on comprend qu’il n’y voit rien à cause d’une poussière dans son œil, Tinin le prévient du danger.
Et case suivante, au lieu d’assister à la chute du capitaine, on le voit dans l’avion, soigné par l’hôtesse de l’air.
La chute de Haddock est donc impliquée par le récit mais elle n’est pas montrée. C’est le lecteur qui doit la fabriquer, et il y aura donc autant de chutes que de lecteurs.
Hergé, ayant eu recours à de multiples reprises à des chutes de Haddock dans les précédents épisodes de la série, évite de représenter encore une fois la scène, et de ce fait elle est suggérée de façon allusive, moins triviale, plus sophistiquée. Il s’agit d’un humour de connivence avec le lecteur. Hergé semble lui dire : "inutile de tout représenter, je sais que vous m’aurez compris, ayant déjà vu ça cent fois". Cela donne au lecteur l’agréable sensation de se sentir considéré comme quelqu’un d’intelligent (puisqu’on lui confie la tâche de recréer la scène), et aussi en connivence avec l’auteur (puisque celui-ci se réfère aux précédentes chutes du capitaine que le lecteur est censé connaître).

Mais de façon plus courante, l’ellipse est constamment utilisée en bande dessinée pour résoudre des problèmes pratiques.
Dès qu’il est question de voitures par exemple, l’ellipse est très souvent utilisée : en effet, la voiture est un système permettant de se déplacer vite dans des situations d’urgence. Or, pour se mettre en marche, elle demande d’effectuer toute un série d’actions assez complexes et inutiles pour un récit (en général) : ainsi, déverrouiller le véhicule, ouvrir les portes, s’asseoir, refermer la porte, chercher les clés, mettre le contact, etc.
En général, l’auteur de bande dessinée ne s’embarrasse pas de ces détails qui ne feraient que polluer la narration.
Ainsi, dans la même double page que celle d’où l’on a tiré l’exemple précédent, on voit

en relation

  • Le cinéma
    1358 mots | 6 pages
  • Le cinéma
    1510 mots | 7 pages
  • Le cinéma
    2665 mots | 11 pages
  • Cinema
    565 mots | 3 pages
  • Le cinema
    784 mots | 4 pages
  • Le cinema
    541 mots | 3 pages
  • Cinéma
    490 mots | 2 pages
  • Cinéma
    585 mots | 3 pages
  • Le cinéma
    4440 mots | 18 pages
  • Cinema
    1121 mots | 5 pages