Citoyenneté et nationalité en contexte colonial français au xixe siècle

4191 mots 17 pages
« L’indigène n’est pas comparable au Français, […] il n’a ni ses qualités morales, ni son instruction, ni sa religion […], ni sa civilisation. L’erreur est généreuse et bien française ; elle a été commise par ceux qui ont rédigé la “Déclaration des droits de l’homme et du citoyen”, au lieu de rédiger plus modestement la “Déclaration des droits du citoyen français”. » - Paul Azan, 1925 Lorsque la France conquiert l’Algérie, en 1830, l’objectif de Charles X n’est absolument pas d’en faire ce qu’elle deviendra plus tard sous la IIe puis la IIIe République, à savoir un département français. Il s’agissait pour le frère de Louis XVI de redorer l’image d’une Restauration de moins en moins prestigieuse et appréciée par une victoire militaire qui redonnerait du crédit au régime. La reddition finale d’Abd el-Kader n’interviendra pourtant qu’en 1947 et la Restauration chuta quelques semaines après le début de cette entreprise militaire. Depuis le début de cette conquête algérienne, qui marque le début de la période de l’Empire colonial français moderne, le statut de ceux qu’on appellera tour à tour « sauvages, musulmans (dans le cas de l’Algérie), autochtones, indigènes, puis officiellement sujets français » ne cessera de poser problème, aussi bien au sein même des colonies qu’à l’Assemblée Nationale. Il obligera les leaders républicains à s’interroger sur les concepts de citoyenneté et de nationalité, deux notions inventées sinon consacrées par la Révolution français de 1789. Si la nationalité peut se définir assez aisément d’un point de vue juridique (« La Nationalité se définit comme l’appartenance juridique et politique d’une personne à la population constitutive d’un État » ; encyclopédie Larousse), sa définition substantielle est profondément affectée au XIXe siècle par le mouvement des Nationalités au milieu du siècle, dans une certaine mesure par la doctrine du Nationalisme, mais aussi et surtout dans le cas français par l’entreprise coloniale. Quant

en relation

  • Norme et pratiques de la cotoyenneté
    11018 mots | 45 pages
  • Economie
    1986 mots | 8 pages
  • Histoire
    4394 mots | 18 pages
  • Etrangers en france: intégration ou rejet 1860-1914
    3597 mots | 15 pages
  • nationalisme
    6690 mots | 27 pages
  • Droit constitutioonel
    6277 mots | 26 pages
  • L’ambiguïté de la décolonisation et le travail de mémoire
    7469 mots | 30 pages
  • composition histoire du monde
    4106 mots | 17 pages
  • Histoire géo
    5517 mots | 23 pages
  • Histoire
    10711 mots | 43 pages