Citoyenneté et nationalité en contexte colonial français au xixe siècle

Pages: 17 (4191 mots) Publié le: 23 novembre 2010
« L’indigène n’est pas comparable au Français, […] il n’a ni ses qualités morales, ni son instruction, ni sa religion […], ni sa civilisation. L’erreur est généreuse et bien française ; elle a été commise par ceux qui ont rédigé la “Déclaration des droits de l’homme et du citoyen”, au lieu de rédiger plus modestement la “Déclaration des droits du citoyen français”. » - Paul Azan,1925

Lorsque la France conquiert l’Algérie, en 1830, l’objectif de Charles X n’est absolument pas d’en faire ce qu’elle deviendra plus tard sous la IIe puis la IIIe République, à savoir un département français. Il s’agissait pour le frère de Louis XVI de redorer l’image d’une Restauration de moins en moins prestigieuse et appréciée par une victoire militaire qui redonnerait du crédit au régime.La reddition finale d’Abd el-Kader n’interviendra pourtant qu’en 1947 et la Restauration chuta quelques semaines après le début de cette entreprise militaire. Depuis le début de cette conquête algérienne, qui marque le début de la période de l’Empire colonial français moderne, le statut de ceux qu’on appellera tour à tour « sauvages, musulmans (dans le cas de l’Algérie), autochtones, indigènes,puis officiellement sujets français » ne cessera de poser problème, aussi bien au sein même des colonies qu’à l’Assemblée Nationale. Il obligera les leaders républicains à s’interroger sur les concepts de citoyenneté et de nationalité, deux notions inventées sinon consacrées par la Révolution français de 1789. Si la nationalité peut se définir assez aisément d’un point de vue juridique (« LaNationalité se définit comme l’appartenance juridique et politique d’une personne à la population constitutive d’un État » ; encyclopédie Larousse), sa définition substantielle est profondément affectée au XIXe siècle par le mouvement des Nationalités au milieu du siècle, dans une certaine mesure par la doctrine du Nationalisme, mais aussi et surtout dans le cas français par l’entreprise coloniale. Quantà la Citoyenneté, que l’on peut essayer de définir comme l’ensemble des droits découlant de l’appartenance à une communauté politique, c’est est une notion plus floue, plus large, que l’on réduit trop souvent au simple droit de vote, alors qu’elle inclue tous les droits civils et politiques.
Tandis qu’en métropole, le mouvement démocratique tendait d’une part à élargir ces droits civils etpolitiques tel que le suffrage -qui devînt universel en 1848- et d’autre part à confondre les notions de citoyenneté et de nationalité dans un même tout -la Nation-, en outre mer, on réinventait une distinction que Les Droits de l’Homme et du citoyen avaient tenté d’abolir, celle entre l’appartenance à la Nation et la jouissance de ces droits civils et politiques. On le voit, le colonialisme, encouragépar les grandes figures imposantes de la IIIe République Léon Gambetta et Jules Ferry en tête, entre immédiatement en tension avec les principes affirmés par 1789 (puis 1848) et pourtant revendiqués par ces derniers. Cette tension inhérente aboutira à la distinction formelle et juridique entre citoyen et indigène, et accouchera d’une définition duplice de la Nationalité, « pleine » pour le citoyenfrançais, dénuée de citoyenneté pour l’indigène. C’est cette déconnexion de ces deux grands principes politiques, dans le contexte colonial du XIXe siècle, que nous chercherons à approfondir dans cette dissertation.
On se demandera donc dans quelle mesure l’entreprise coloniale et le statut des populations colonisées se révèlent-ils être en contradiction avec la modernité politique et juridiquedu XIXe siècle, marquée, en métropole, par un progrès indéniable des libertés et l’universalisation du suffrage.
Il s’agira donc d’étudier en quoi le colonialisme entre en tension immédiate avec les principes des Droits de l’Homme et du Citoyen proclamés en 1789 et révèle l’ambiguïté du projet colonial républicain (I.), avant d’expliquer comment cette tension inhérente aboutie, dans la seconde...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Contexte XIXe siècle
  • Le xixe siècle français rappel historique
  • Contexte sociohistorique d'une oeuvre du xixe siècle
  • La colonisation et le système colonial français entre le milieu du xixe siècle et la fin des années 1930 : quelles...
  • La colonisation et le système colonial français entre le milieu du xixe siècle et la fin des années 1930 : quelles...
  • Nationalité et citoyenneté
  • nationalité et citoyenneté
  • L’exploration de l’afrique au xixe siècle : une histoire pré coloniale au regard des postcolonial studies

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !