Claude gueux

1266 mots 6 pages
Le roman[modifier | modifier le code]Genèse[modifier | modifier le code]Victor Hugo achève la dernière préface du Dernier Jour d'un condamné en 1832. Quand il découvre dans la Gazette des tribunaux du 19 mars 1832, le compte rendu du procès d'un certain Claude Gueux condamné à mort pour meurtre, il y découvre comme un écho de son plaidoyer contre la peine de mort et décide alors d'en faire un roman. Il retranscrit donc la vie de Claude Gueux dès son entrée dans la prison jusqu'à son exécution en passant par les motifs de son crime et son procès. Suit ensuite une longue réflexion de Victor Hugo sur les rôles et les devoirs de la société face au criminel.

« Mais pourquoi cet homme a-t-il volé ? Pourquoi cet homme a-t-il tué ? » sont les questions que Claude Gueux pose au tribunal. Victor Hugo répond :

« Le peuple a faim, le peuple a froid. La misère le pousse au crime ou au vice, selon le sexe. »

Selon Victor Hugo, le peuple est malade mais la société n'utilise pas les bons remèdes et il conclut :

« Cette tête de l’homme du peuple, cultivez-la, défrichez-la, arrosez-la, fécondez-la, éclairez-la, moralisez-la, utilisez-la ; vous n’aurez pas besoin de la couper. »

Présentation[modifier | modifier le code]Éveil des consciences sur la peine de mort et le rôle de l’État dans l’éducation du peuple : pour l’auteur il faut agir en amont du problème, soit investir dans le peuple par l’éducation. Enfin, une note est introduite au début de la nouvelle, il s’agit d’une lettre où il est dit que Claude Gueux l'aurait distribuée aux cinq cents députés de France de l’époque. L’auteur semble vouloir mener les esprits vers une société avec laquelle le peuple pourra aspirer à une vie meilleure.

La structure schématique de la nouvelle repose sur trois parties distinctes.

Avant la prison (p. 11), cette première partie introduit le personnage de Claude Gueux, profil d’un homme puni, qui a voulu garder sa dignité de père face à son enfant. Ce qui en résulte, cinq

en relation

  • Claude Gueux
    1244 mots | 5 pages
  • Claude Gueux
    464 mots | 2 pages
  • Claude gueux
    313 mots | 2 pages
  • Claude gueux
    780 mots | 4 pages
  • Claude gueux
    287 mots | 2 pages
  • claude gueux
    361 mots | 2 pages
  • Claude gueux
    399 mots | 2 pages
  • Claude gueux
    284 mots | 2 pages
  • Claude gueux
    366 mots | 2 pages
  • Claude gueux
    11522 mots | 47 pages