Comment L Encyclop Die Permet Elle La Diffusion Des Id Es Des Lumi Res

282 mots 2 pages
Comment L'encyclopédie permet-elle la diffusion des idées des lumières ?

a) Comment l'encyclopédie permet-elle la diffusion des idées des lumières ?

Le « Siècle des Lumières » est un temps de grands débats, d’échanges fructueux d’idées. Les nobles et les grands bourgeois discutent dans des salons. Les salons sont des réunions chez un particulier d’écrivains, d’artistes , et de personnes aisées qui discutent des idées nouvelles et écoutent des œuvres originales. On discute également des nouvelles idées dans les cafés ou les académies. L’académie est une société qui regroupe des écrivains, des salons ou des artistes.
L’Encyclopédie de Diderot diffuse ces nouvelles idées et les progrès scientifiques du moment expliqués sous forme de planche qui décrit les procédés scientifiques.s

b) Quels sont les idées des lumières ?

Les philosophes pensent que les gouvernements doivent respecter les droits et les libertés fondamentales, comme celle de s’exprimer . Pour les penseurs, la souveraineté appartient au peuple.
Pour Montesquieu, les pouvoirs doivent être séparés et non réunis dans les mains d’un seul homme comme c’est le cas dans une monarchie absolue.
Quant à Rousseau, il suggère que les hommes sont libres et demeurent égaux en droit dans son livre : Du Contrat Social.
La majorité des philosophes croient en Dieu mais ils souhaitent que l’Homme puisse choisir sa croyance.
Voltaire se dit déiste : il croit en un Dieu mais se bat la hiérarchie ecclésiastique soit l’Eglise. Il souhaite lui aussi la tolérance.

c) Qui sont les philosophe des lumières ?

Les philosophes des Lumières sont des écrivains français au XVIIIème siècle. Ils désirent « éclairer » le monde par la raison et la science. Ils critiquent l’absolutisme et l’Eglise Catholique qui s’appuient, selon eux sur l’ignorance et ne respectent pas les droits de l’homme.

en relation

  • Histoire des sciences
    158921 mots | 636 pages
  • Courants pensee economique.pdf
    45698 mots | 183 pages