Commentaire philosophique : emmanuel kant, anthropologie d’un point de vu pragmatique, livre 1, 1798.

2008 mots 9 pages
Commentaire philosophique : Emmanuel Kant, Anthropologie d’un point de vu pragmatique, Livre 1, 1798. Emmanuel Kant est un philosophe prussien (allemand), faisant parti de l’idéalisme allemand, de la fin du XVIII ème siècle. Dans cet extrait de l’Anthropologie d’un point de vu pragmatique, le philosophe nous explique, en quoi l’Homme est-il différent, en quoi l’Homme est-il supérieur à « tous les autres êtres vivants ». Le texte comporte deux moments qui se trouvent correspondre aux deux paragraphes. Le premier explique la différence : Homme et « les autres êtres vivants », l’Homme est conscient de lui-même, par l’utilisation de la première personne du singulier : « Je », et donc de ce fait on ne pourra jamais le confondre. Le deuxième paragraphe quand à lui, montre comment l’enfant, petit à petit accède à la « dignité », c’est-à-dire comment il devient conscient. Ce texte donne une réponse possible à un problème qui le déborde, et qui consiste à déterminer comment survient la prise de conscience avec et par soi de l’Homme, c’est-à-dire comment l’Homme parvient-il à prendre conscience de soi ? Il s’agira d’évaluer la portée de cette réponse. Le premier moment de notre texte s’ordonne fondamentalement autour de la distinction de l’Homme, d’une part et « les autres » d’autre part. L’Homme se distingue par la « possession du Je dans sa représentation ». Ce « Je » différencie l’Homme et lui permet de « s’élever infiniment », c’est-à-dire qu’il y a selon Kant une barrière évidente entre l’Homme et tous les « autres êtres vivants sur la terre ». Il semble bien que « Je » confère à l’Homme un « pouvoir », c’est-à-dire une capacité intellectuelle. Par ce mot : « Je », l’Homme se représente, se présente seul, il s’exprime, il indique une activité de penser, ainsi qu’une activité de la pensée, qui semble unique. Unique, car personnelle, puisqu’elle émane de lui. C’est donc une activité unique, c’est-à-dire qu’elle signale l’unicité, donc par conséquent la réflexivité, le

en relation

  • LA QUESTION DE LA GUERRE DANS LE PROJET DE PAIX PERPETUELLE
    24512 mots | 99 pages
  • kant, méthaphysique des moeurs
    123307 mots | 494 pages
  • Droit et philosophie
    201771 mots | 808 pages
  • Fiche de synthèse sur offenstadt nicolas (dir.), les mots de l’historien, presses universitaires du mirail, 2009.
    15326 mots | 62 pages
  • Lavie
    17587 mots | 71 pages
  • La Sanction En Education Prairat Eiri Hellip
    32019 mots | 129 pages
  • Antimanuel de philosophie (michel onfray)
    95395 mots | 382 pages
  • Education
    116687 mots | 467 pages
  • L'opinion la connaissance
    41507 mots | 167 pages
  • Rse et éthique
    226452 mots | 906 pages