Commentaire : vendredi ou les limbes du pacifique, michel tournier

Pages: 5 (1160 mots) Publié le: 1 avril 2012
Commentaire composé du texte de Michel Tournier


Ce texte est extrait de Vendredi ou les Limbes du Pacifique, roman de Michel Tournier publié le 15 mars 1967 et ayant reçu le Grand Prix du roman de l'Académie française la même année. Tournier, à travers cette œuvre, propose une variante du mythe de Robinson Crusoé, initialement écrit par Daniel Defoe. L’auteur base cetteréadaptation sur la relation entre le naufragé Robinson et le sauvage Vendredi. L’écrit que nous avons sous les yeux retrace la rencontre de Robinson Crusoé avec le premier être vivant depuis son naufrage. Ce texte possède une grande valeur descriptive et narrative de par la richesse de ses détails et la tension qu’il transmet au lecteur. Mais ne révèlerait-il pas également l’une des facettes inavouables del’Homme, à savoir une peur incommensurable de l’Inconnu ? C’est ce à quoi nous tenterons de répondre au cours de cette analyse : nous nous interrogerons sur la manière dont Michel Tournier met le doigt sur cette appréhension humaine envers le nouveau, l’inexploré, puis sur la réaction bestiale et instinctive que l’Homme adopte alors.

Dès le début du texte, l’auteur érige un véritabletableau dans l’esprit du lecteur, grâce à une peinture des plus détaillées de la scène, une description précise de la nature environnante. Tournier édifie d’emblée une atmosphère angoissante ; on peut le constater avec le champ lexical omniprésent de l’anxiété et la crainte : « épineux » ; « arbres morts et pourrissants » ; « rampait » ; « effrayants » ; « bizarre » ; « pénombre » ; « frisson depeur ». Les adjectifs qualificatifs sont également relativement excessifs (« gigantesque » ; « écrasant »), et l’auteur porte à nous faire visualiser un désordre sauvage avec les termes « amoncellement », « enchevêtrement » et « cathédrales de verdure », accentué par la notion de piège et de captivité du « filet gigantesque » que forment lianes et rameaux. Le contraste du bruit provoqué parRobinson et de l’imposant silence forestier déclenche une angoisse supplémentaire. C’est ainsi que Tournier met progressivement en place, et à l’insu du lecteur, l’une des deux justifications de la réaction finale du naufragé.
Tout au long du texte, nous ne pouvons que constater que l’Homme, à travers Robinson, aspire à placer une étiquette sur chaque chose nouvelle qu’il rencontre : il estcomplètement déstabilisé face à l’Inconnu. En effet, avec « qui ressemblait à » et « une sorte de », on assiste à une volonté presque inconsciente du naufragé d’établir une quelconque relation ou comparaison avec les éléments qu’il connaît, qu’il a l’habitude de côtoyer. Des aprioris naissent instinctivement, et il s’accroche à sa propre et illusoire réalité lorsqu’il songe « à une souche plusbizarre que les autres » aussitôt avoir aperçu la créature. On parle d’ailleurs de « transformation » lorsque l’ « objet » inconnu se fait finalement affubler d’une étiquette nominale par Robinson. De plus, le terme d’ « insolite » ligne 23 indique clairement le malaise de Robinson d’être en présence de ce qu’il n’a pas l’habitude de côtoyer.
Enfin, on remarque que dans les situationsinopinées, l’Homme a une forte tendance à imaginer les pires dénouements, sans prendre en compte bon nombre de facteurs que la raison aurait pu lui souffler avec un minimum de réflexion : Robinson parle en effet de la charge de la bête comme s’il était certain que cela se produise. À compter de sa rencontre avec le bouc, il est obnubilé par l’attaque qui va hypothétiquement suivre, et il ne pense plusà rien d’autre : « s’il venait à charger » ; « […] qui charge ». Tournier parle d’ailleurs d’une « peur superstitieuse ». Bref, tous ces facteurs que sont la peur, l’inconnu et ce que l’on peut appeler le « pessimisme naturel », tout ce décor planté des lignes 1 à 33 n’ont pour seul but que de fournir les justifications de l’agissement final de Robinson.

Dès la ligne 19, la tension...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Vendredi ou les limbes du pacifique de michel tournier.
  • Vendredi ou les limbes du pacifique, michel tournier
  • Vendredi et les limbes du pacifique, michel tournier
  • Résumé de vendredi et les limbes du pacifique par michel tournier
  • Vendredi ou les limbes du Pacifique Michel Tournier 1967
  • Commentaire vendredi et les limbes du pacifique
  • commentaire vendredi ou les limbes du pacifique
  • Vendredi ou les limbes du pacifique

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !