Commentaire : vendredi ou les limbes du pacifique, michel tournier

1160 mots 5 pages
Commentaire composé du texte de Michel Tournier

Ce texte est extrait de Vendredi ou les Limbes du Pacifique, roman de Michel Tournier publié le 15 mars 1967 et ayant reçu le Grand Prix du roman de l'Académie française la même année. Tournier, à travers cette œuvre, propose une variante du mythe de Robinson Crusoé, initialement écrit par Daniel Defoe. L’auteur base cette réadaptation sur la relation entre le naufragé Robinson et le sauvage Vendredi. L’écrit que nous avons sous les yeux retrace la rencontre de Robinson Crusoé avec le premier être vivant depuis son naufrage. Ce texte possède une grande valeur descriptive et narrative de par la richesse de ses détails et la tension qu’il transmet au lecteur. Mais ne révèlerait-il pas également l’une des facettes inavouables de l’Homme, à savoir une peur incommensurable de l’Inconnu ? C’est ce à quoi nous tenterons de répondre au cours de cette analyse : nous nous interrogerons sur la manière dont Michel Tournier met le doigt sur cette appréhension humaine envers le nouveau, l’inexploré, puis sur la réaction bestiale et instinctive que l’Homme adopte alors.

Dès le début du texte, l’auteur érige un véritable tableau dans l’esprit du lecteur, grâce à une peinture des plus détaillées de la scène, une description précise de la nature environnante. Tournier édifie d’emblée une atmosphère angoissante ; on peut le constater avec le champ lexical omniprésent de l’anxiété et la crainte : « épineux » ; « arbres morts et pourrissants » ; « rampait » ; « effrayants » ; « bizarre » ; « pénombre » ; « frisson de peur ». Les adjectifs qualificatifs sont également relativement excessifs (« gigantesque » ; « écrasant »), et l’auteur porte à nous faire visualiser un désordre sauvage avec les termes « amoncellement », « enchevêtrement » et « cathédrales de verdure », accentué par la notion de piège et de captivité du « filet gigantesque » que forment lianes et rameaux. Le contraste du bruit provoqué par

en relation

  • Commentaire michel tournier: vendredi ou les limbes du pacifique
    641 mots | 3 pages
  • Commentaire comparé : robinson & vendredi (la vie sauvage)
    3598 mots | 15 pages
  • Michel tournier
    2048 mots | 9 pages
  • Vendredi ou la vie sauvage
    1683 mots | 7 pages
  • les robinsonnades
    1906 mots | 8 pages
  • Robinson crusoé - commentaire de tx
    1082 mots | 5 pages
  • Vendredi ou les limbes du pacifique
    15692 mots | 63 pages
  • commentaire Michel Tournier
    464 mots | 2 pages
  • Fiche histoire des arts
    604 mots | 3 pages
  • Commentaire tournie
    280 mots | 2 pages