Critique de gilliap, roy andersson

507 mots 3 pages
Critique Cinématographique Giliap, Roy Andersson, 1975 Le but premier de Giliap, et du réalisateur Roy Andersson, est de choquer le public. En effet de par sa structure, son rythme et son coté technique ce film sort totalement de l’ordinaire. Il brise toutes les conventions que nous et notre société avons pu créer. Les techniques employées sont également très particulière et s’ajoutent parfaitement à l’objectif du film. Tout d’abord le rythme est lent, et il n’y a presque aucun changement de cadence. Cet aspect est lui-même une enfreinte à une des règles les plus importante du cinéma, qui est d’avoir des changement de rythme afin de garder le spectateur en haleine et d’éviter l’ennui. Les plans sont également dans la même lignée, ils varient très peu. Cependant la qualité du travail visuel est fantastique. On peut notamment retenir les jeux de lumière qui sont de tout beauté. Enfin, un autre point peut attirer l’attention. Les dialogues sont rares malgré un nombre relativement important de personnages présent à l’écran. Une fois de plus, Roy Andersson veut choquer. Lorsque ce film fut réalisé, les sociétés occidentales entraient dans une ère où les moyens de communication devenaient de plus en plus importants et développés. Dans ce film il n’y a des dialogues que lorsqu’il y a besoin de dire quelque chose. Cet élément peut nous désarçonner car nous vivons dans un monde où bien souvent nous parlons pour ne rien dire, alors qu’ici, chaque mot à sa propre valeur Ces différents éléments rendent ce film très différent de ceux que l’on a l’habitude de voir. Cependant ce qui est son avantage est également son inconvénient. Précédemment, nous avons vu que les points forts du film lui permettaient de sortir du lot. Maintenant nous allons voir que ces différents points peuvent en faire un film marginal. Tout d’abord, L’histoire en générale ne semble avoir aucun but précis, il semblerait que l’intention première d’Andersson était de faire un film

en relation