Critique d'isocrate sur la nouvelle politique spartiate

3763 mots 16 pages
Le texte étudié est un extrait de l’œuvre Panégyrique d’Isocrate. Ce dernier, né en 436 et mort en 338, est un orateur attique dont les écrits sont principalement consacrés à l’unité des Grecs. Maître de d’éloquence à partir de 392, il apparaît ici comme l’auteur du Panégyrique auquel il a travaillé peut-être dix ou quinze ans. Le texte est publié en 380 lors d’une fête olympique, la panégyrie, d’où son titre. On appelait panégyriques les discours qui se prononçaient dans des panégyries, c’est-à-dire, dans des assemblées solennelles d’un peuple ou d’une nation. Les discours prononcés à la louange des Saints ont été appelés panégyriques, parce qu’on les récitait devant une multitude de personnes accourue de toutes parts pour célébrer leur fête. On sait que les jeux olympiques tenaient le premier rang parmi les solennités de la Grèce. Là souvent les poètes, les orateurs, les historiens récitaient, au milieu des applaudissements, les poèmes, les discours, les histoires qui pouvaient intéresser toute la nation. Le Panégyrique d’Isocrate fut récité et publié dans une de ces grandes assemblées. C’est le premier discours politique d’Isocrate. Très sensible à la division des Grecs, il prône leur unité face aux Barbares. Dans ses discours politiques, Isocrate affirme la nécessité pour les Grecs de se faire respecter du Grand Roi, pour ensuite préparer la colonisation en Asie. C’est un discours d’orateur athénien favorable à sa patrie. Deux modèles s’y opposent : celui de Sparte, ici critiqué, et celui d’Athènes. Isocrate dénonce la domination de Sparte et justifie l’hégémonie passée d’Athènes. Le sujet du discours et le but de l’orateur, ainsi qu’il l’explique lui-même, est de conseiller aux Grecs de mettre fin à leurs dissensions, de réunir leurs forces, et de marcher contre les Perses. Sparte est au plus haut point de sa suprématie mais cela n’est pas au goût de tout le monde. La guerre de Corinthe de 396 et la paix d’Antalcidas de 386, dont nous verrons quelques détails

en relation

  • Les droits de l'homme et la democratie
    14014 mots | 57 pages
  • Antiphon
    16636 mots | 67 pages
  • Citoyen
    4727 mots | 19 pages
  • Reforme isonomique de clisthène vu par aristote
    5645 mots | 23 pages
  • histoire des institutions de l'antiquité
    150345 mots | 602 pages
  • Monde grec
    12758 mots | 52 pages
  • Histoire de l’art et de l'archéologie
    42989 mots | 172 pages
  • le banquet de platon
    78866 mots | 316 pages
  • Economie antique
    69235 mots | 277 pages
  • Menon de platon avec texte original et traduction
    107267 mots | 430 pages