ctuk

1583 mots 7 pages
Le christianisme

Le christianisme est la religion des chrétiens.

I- Principales figures du christianisme
- Fondateur : Jésus
Au temps de l’empereur Auguste naît en Palestine Jésus. Ce dernier a trente ans lorsqu’il s’entoure de 12 apôtres et de disciples, et se présente comme le fils de Dieu venu sauver les hommes du péché et leur ouvrir les portes du paradis. 3 ans plus tard, pourchassé, par les chefs religieux juifs, arrêté et jugé comme rebelle, il est condamné à mort par les romains et crucifié aux alentours de 30 de notre ère. L’existence de Jésus est connue par les Evangiles, des récits rédigés par quatre disciples, plusieurs décennies après sa mort. Ils nous décrivent les actions et miracles que leur maître aurait accomplis. Ses disciples affirment que 3 jours après sa mort, il est ressuscité, donc revenu à la vie, puis monté aux cieux. Jésus de Nazareth est considéré comme le Messie et Fils de Dieu par les chrétiens. Par son enseignement, Jésus a fondé la religion chrétienne et transmis des rites pour la consolider.
- Principales figures : La Vierge Marie : mère de Jésus, les 12 Apôtres, Jean-Baptiste : le prophète précurseur, les Saints.

II – Dieu et livre sacré
- Dieu : un seul Dieu, en trois personnes. C’est la Sainte Trinité (le Père, le Fils, et le Saint-Esprit).
- Livre sacré : la Bible, composée de l’Ancien Testament ( correspondant à la Bible des juifs) : 43 Livres répartis entre le Pentateuque, les livres historiques, les Prophètes et les livres de Sagesse , et du Nouveau Testament (textes écrits après la naissance de Jésus) : 27 livres dont les 4 Evangiles, les Actes des apôtres, les épîtres et l'Apocalypse.
III – Clergé
Les communautés chrétiennes sont placées sous la conduite des évêques, qui sont à la tête d’un diocèse. Un diocèse géographiquement correspond à un département (pour Paris : Mgr André Vingt-Trois).
Le grand nombre de chrétiens a obligé très tôt ceux-ci à déléguer une partie de leur charge à

en relation

  • ctuk
    777 mots | 4 pages
  • Théorie des graphes (introduction)
    31247 mots | 125 pages