Dans quelle mesure la lecture des romans permet-elle de connaître une période historique et une société ?

Pages: 18 (4294 mots) Publié le: 16 mars 2013
Le roman, un certain nombre de pages dûment numérotées ? Un récit en prose d'aventures totalement imaginaires ? C'est un peu court ! En fait, le roman est un genre littéraire aux contours élastiques, flous, caractérisé pour l'essentiel par une narration présentée habituellement comme fictionnelle, où l'on passe d'un personnage à l'autre, dont le lecteur suit jour après jour les pensées, lesémotions et les actions. Il raconte une histoire de manière ordonnée et précise. Il invente un canevas. Autrement dit, être écrivain, c'est mystifier le lecteur en déformant la réalité des faits. Un conte de faits, alors ? Ce qui caractérise le roman au long cours, c'est l'épaisseur : cette narration longue, extensible et malléable, démontre que le romancier ne s'abandonne pas à l'imagination toutepuissante mais à l'observation du monde : les lieux, les dates, la période historique, les faits ou anecdotes, les mœurs, les habitudes ou les conditions de vie, etc.
A tel point qu'un philosophe déclara un jour qu'il avait acquis bien plus de connaissances et reçu des enseignements dans les romans d'Honoré de Balzac que dans les ouvrages savants ou exégèses des économistes ou historiens. Lesromans nous permettent-ils vraiment d'acquérir ce savoir et comment ? Dans quelle mesure le roman peut exciter la curiosité du lecteur, stimuler l'envie d'apprendre, faire connaître des choses nouvelles ou la cause des choses ?
Dans un premier temps, nous étudierons comment le roman braque notre curiosité sur l'histoire et la connaissance de notre société ou civilisation. Puis, nous nousefforcerons de démontrer que cette disposition naturelle du roman ne va pas sans une implication de l'auteur dans son œuvre, voire sans une forme d'engagement.


Le roman est un moyen pour l'auteur de décrire avec précision des événements politiques, sociaux, militaires, et de les faire revivre dans leur déroulement au lecteur. D'entretisser des intrigues multiples avec une réalité donnée. Roman àsuspens, roman social ou historique, récit psychologique ou policier, thriller ou digest, narration autobiographique (mémoires, annales, correspondances, journal intime, journal de bord, récits de voyage, autofictions), ces livres excitent notre curiosité géographique, archéologique, scientifique, historique, intellectuelle, culturelle. Tout tend à une représentation d'une réalité dans sesdimensions multiples. Parfois les plus sordides, crasseuses, repoussantes. C'est dire combien les œuvres littéraires s'inscrivent dans notre existence de tous les jours. Dans les romans hyperréalistes ou récits personnels de la littérature d'aujourd'hui (depuis les années 1980), la description du réel tend à rejoindre l'instantané de la photographie ou des arrêts sur image du reportage télévisé. Lavérité est plus importante que l'imagination. Dorothée Letessier [1953-2011] publie en 1980 son best-seller « Le voyage à Paimpol » où elle narre la vie d'une ouvrière, Maryvonne. Un roman qui montre que tout n'est pas rose à Paimpol, comme partout ailleurs, surtout pour les ouvrières qui travaillent à la chaîne de l'usine. La journaliste Florence Aubenas, grand reporter du Nouvel Observateur (enlevéeà Bagdad et retenue en captivité en Irak pendant 157 jours en 2005) a décidé de vivre au quotidien les conditions de travail des femmes de ménage à temps partiel. Dans son récit autobiographique « Le Quai d'Ouistreham » (prix Joseph Kessel en 2010), elle se met dans la peau d'une demandeuse d'emploi qui va pointer à Pôle emploi. Elle va vivre au jour le jour la galère des travailleursprécaires. Un chapitre de son roman est consacré au nettoyage des sanitaires sur un ferry traversant la Manche. Rien de très poétique. Cet ouvrage est le fruit d'une enquête aussi minutieuse que désespérée et permet aux lecteurs de mieux comprendre les mécanismes de l'exclusion sociale. Dans un passage de son roman « L'Education sentimentale » (1869) Flaubert [1821-1880] donne à voir l'irruption d'un...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !