Dans quelle mesure la poésie permet-elle le dépassement des épreuves

Pages: 6 (1307 mots) Publié le: 24 janvier 2011
-------------------------------------------------
Poésie :
Définitions :
a. La poésie est le genre littéraire.
b. Le poème est un ensemble de lignes mesurées et musicales.
c. Un vers est une ligne dans un poème. Un vers commence toujours par une majuscule.

Savoir compter les syllabes dans un vers :
1) Comment procéder ?

Un vers comporte uncertain nombre de syllabes. La syllabe est un groupe formé de consonnes et de voyelles qui se prononcent d’une seule émission de voix.

Pour repérer et comptabiliser les syllabes, on les sépare graphiquement à l’aide d’un tiret oblique : /.
Trem/blant/, pi/quant/ des/ deux/, du/ cô/té/ qui/ des/cend. (Victor Hugo, La légende des siècles.)

Pour scander un vers, il faut tenircompte des liaisons. La consonne finale d’un mot qui sert de liaison avec le mot suivant, fait partie du mot suivant.
De/ long/s é/chos.
Le « s » final de l’adjectif « longs » servant de liaison entre l’adjectif et le nom qui suit, fait partie de la troisième syllabe.
On/ cher/che/ les/ ci/tés/ san/s en/ voi/r un/ seul/ mur
Les/ pas/ lent/s et/ tardifs/ de/l’hu/mai/ne/Rai/son. (Alfred de Vigny, Les Destinées.)

Le décompte des syllabes peut faire difficultés dans trois cas précis : Le e muet, la diphtongue et l’hiatus.

2) Le problème du e muet

La première difficulté du décompte syllabique réside dans le statut du e dit muet, qui parfois est prononcé, donc compté comme une syllabes, et parfois ne l’est as ; é, è ou ê, ne constituent pas des emuets et comptent donc comme une syllabe.

On doit prononcer un e dit muet lorsqu’il est placé entre deux consonnes, en fin de mot lorsque le mot suivant commence par une consonne ou par un h aspiré.
La/ pour/pre/ du/ com/bat/ rui/sse/lle/ de/ ses/ flancs. (Charles Leconte de Lisle, Le cœur de Hialmar.)

NB : Pour savoir si un h, en début de mot, est muet ou aspiré, il faut placerdevant le mot un article singulier ou pluriel. Dans le cas d’un h muet, il y a élision de l’article défini singulier (l’) ou liaison avec le mot suivant dans le cas de l’article défini pluriel.
Ex : L’hiver ; Le/s hi/vers.

Dans le cas d’un h aspiré, il n’y a ni élision de l’article défini singulier, ni liaison avec le mot suivant dans le cas de l’article défini pluriel.
Ex : Lehéros, les / hé/ros.
On doit également prononcer un e dit muet lorsqu’il est placé entre deux consonnes à l’intérieur d’un mot.
Je/ veux/ d’a/mour/ fran/che/ment/ de/vi/ser.(Joachim du Bellay, Satire du pétrarquisme.)
Voi/ci/ des/ fruits/, des/ fleurs /, des/ feui/lle/s et/ des/ bran/ches. (Paul Verlaine, Romances sans paroles.)

En revanche on ne prononce pas le e muetdans les autres cas :
* En fin de mot lorsque le mot suivant débute par une voyelle ou un h muet.
Et/ ce/tte/ho/nnê/te/ fla/mme/ au/ peu/ple/ non/ co/mmune. (Joachim du Bellay, Les regrets.)

* A l’intérieur d’un mot, lorsqu’il est placé :
* Entre voyelle et consonne :
Apollon et son fils, deux grands maîtres ensemble,
Ne/ me/ sau/raient/ gué/rir/, leur/ mé/tier/m’a/trom/pé.(Pierre de Ronsard, « je n’ai plus que les os ».)
* Ou entre consonne et voyelle :
Je/ vais/ m’a/sseoir/ par/mi/ les/ Dieux/ dans/ le /so/leil.(Charles Leconte de Lisle, Poèmes barbares.)

Cas particulier : On ne prononce jamais le e muet en fin de vers : il forme alors la rime féminine.
Le e muet final n’est jamais pris en compte et ne constitue pas une syllabe :
Ain/si/tou/jours/ pou/ssé/ vers/ de/ nou/veaux/ ri/vages. (Alphonse de Lamartine, « le lac », Méditations poétiques.)

3) Le décompte des diphtongues

On appelle diphtongue la succession de deux voyelles. Ces deux voyelles peuvent être prononcées :
* D’une seule émission de voix et constituer ainsi une seule syllabe.
Ex : /Pied/
* D’une double émission de voix et constituer ainsi deux...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Vous vous demanderez dans quelle mesure la poésie permet le dépassement d'une epreuve
  • Dans quelle mesure la poésie permet-elle le dépassement d'une épreuve?
  • Dissertation: dans quelle mesure la poesie permet-elle le depassement d’une epreuve ?
  • Dans quelle mesure la poésie permet-elle le dépassement d’une épreuve ?
  • dans quelle mesure la poesie permet le dépassement d'une epreuve
  • La poésie permet t-elle le dépassement d'une épreuve
  • La poésie permet le dépassement d’une épreuve
  • La poésie permet le dépassement d'une épreuve

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !