De la faiblesse de l'homme face à la nature

1558 mots 7 pages
Le mot «Nature » vient du latin « Natura » qui signifie « état naturel et constitutif des choses » ou encore « ensemble des êtres et des choses », venant lui-même de « Nascor » qui signifie « naître », « provenir ». La Nature désignerait donc l’ensemble des êtres et des choses qui constituent notre planète, mais aussi l’univers dans son intégralité. Aussi, la Nature serait régit par des lois physiques universelles et inchangeables qui seraient à la base de l’existence de l’univers. La Nature, dans son intégralité, comprend à la fois tout ce qui constitue notre monde, comme les forêts, les mers, les océans, les montagnes etc… mais également tous les êtres vivants, allant du végétal à l’animal, de l’insecte à l’Homme. L’Homme ferait donc parti intégrante de la Nature, il serait un élément de la Nature. Aussi, si l’on prend en considération l’immensité de l’univers et le nombre infini des éléments qui le composent, on vient facilement à constater que l’Homme est semblable à un grain de sable dans le désert : il n’est qu’une infime partie d’un tout, partie si infime que son existence ne pourrait remettre en cause l’existence de la Nature et son bon fonctionnement. Au contraire, la Nature quant à elle pourrait agir sur le destin de l’Homme et sur son existence. En effet, la Nature comprend également l’ensemble des phénomènes dits « naturels » qui se produisent en son sein, comme par exemple les ras de marées, les éruptions volcaniques, les ouragans etc… Ces phénomènes seraient, de par leur puissance et leur intensité, en capacité de remettre en cause la survie des êtres vivants qui composent la Nature, et notamment les Hommes. Effectivement, de tels phénomènes, souvent désignés sous le terme de « catastrophes naturelles » auraient une force telle que leurs effets sur l’Humanité seraient dévastateurs. Le séisme qui eut le 26 décembre 2004 au large de l’île Indonésienne de Sumatra est une preuve indéniable de la force destructrice et mortelle que peut avoir la Nature sur

en relation

  • Commentaire sur la mort du loup
    1126 mots | 5 pages
  • Marc-aurèle, pensées pour moi-même
    1355 mots | 6 pages
  • Pascal les pensées.
    4695 mots | 19 pages
  • Marc aurele
    3620 mots | 15 pages
  • Pascal
    2812 mots | 12 pages
  • Explication de texte pascal pensées
    949 mots | 4 pages
  • L'étonnement est il une faiblesse de la raison?
    1661 mots | 7 pages
  • Commentaire extrait des cannibales
    1428 mots | 6 pages
  • Le voyageur comtemplant une mer de nuage
    1889 mots | 8 pages
  • Preface
    751 mots | 4 pages