Dfgsdfgsdfg

7211 mots 29 pages
XcvcxvcxvcvxcvxcvwxcvLe risque est une notion difficile à cerner mais de façon générale, on peut dire que c'est une contingence indésirable, appréhendée, relativement anodine et peu probable. * Par appréhendée, on entend par là que le risque est connu. En ce sens il se distingue par exemple de l'aléa ou de l'incident ; * Le risque est en général plus anodin que le danger, qui suppose la possibilité d'un dommage grâve, notamment la mort. On dira par exemple de quelqu'un qui sort tête nue par temps froid qu'il court le risque d'attraper un rhume, tandis qu'on dira qu'il se met en danger s'il traverse une rue sans regarder. * Le risque est peu probable. Lorsque la probabilité de réalisation est proche de la certitude, on parlera plutôt de chance vis-à-vis de l'événement contraire. Par exemple, un joueur de loterie perdra a priori. On ne dira donc jamais qu'il prend un risque lorsqu'il joue. Par contre s'il s'avère qu'il gagne, on dira qu'il a eu de la chance.
Le caractère peu probable du risque est une autre différence par rapport au danger. On parle en effet de danger lorsque la probabilité est importante, tandis que le risque existe dès lors que cette probabilité n'est pas nulle. On dira tout au plus que le risque est faible. Ainsi par exemple dans l'échelle de Turin, on parle de risque normal dès le niveau 1, et d'objet dangereux à partir du niveau 5..
[modifier] Acception technique
Article détaillé : Sécurité industrielle.
Dans le domaine de la sécurité industrielle, le risque se définit comme l'existence d'une probabilité de voir un danger se concrétiser dans un ou plusieurs scénarios, associée à des conséquences dommageables sur des biens ou des personnes.
Le niveau de risque se quantifie alors par la combinaison linéaire des multiplications entre la probabilité d'occurrence de chaque scénario et l'amplitude de la gravité des conséquences du scénario associé.
Cette acception technique du risque est exprimée différemment et généralisée dans une

en relation

  • Dfgsdfgsdfg
    2054 mots | 9 pages