Diderot, le neveu de rameau

Pages: 8 (1840 mots) Publié le: 20 mai 2013
I) Éloge de la richesse

- la prise de pouvoir

Première possibilité de la richesse, le renversement des pouvoirs : « je me rappellerais tout ce qu’ils m’ont fait souffrir » et « je leur rendrais bien les avanies qu’ils m’ont faites ». Il s’agira donc d’exercer sur les autres la même emprise que celle qui a été ressentie. Notons les adverbes « tout » et « bien » qui renforcent cette mémoiredu pouvoir. La répétition du balancement « J’aime à » « et je » puis de même, « je leur dirai » « et l’on » insiste sur la prise de position et donc de pouvoir.


le choix des plaisirs

L’exercice du pouvoir n’est cependant pas le seul rêve de Lui qui se plaît bientôt à imaginer d’autres plaisirs. Dans sa longue énumération, « et puis nous aurons des filles, nous nous tutoierons, quand nousserons ivres, nous nous enivrerons ; nous ferons des contes ; nous aurons toutes sortes de travers et de vices. », le choix des verbes « nous aurons », « nous serons », « nous ferons » indique un pouvoir du verbe et de l’action. Cette action s’exercerait sur les plaisirs charnels clairement nommés, le plaisir de la boisson poussé à l’extrême et de façon plus cachée, au choix des « contes », quel’on imagine semblables à ceux de La Fontaine (contes érotiques). La phrase se termine par le champ lexical de la dépravation « travers et vices ». Se figure ici l’image d’une orgie.

Dans un premier temps, Lui se livrerait donc à la satisfaction des plaisirs de la chair, du plaisir d’ordonner et de ne plus être à la solde de quelqu’un.

- le pouvoir sur l’esprit

Puis le pouvoir s’exercera surl’esprit en récusant les auteurs communément admirés. « Nous prouverons que de Voltaire est sans génie ; que Buffon toujours guindé sur des échasses, n’est qu’un déclamateur ampoulé ; que Montesquieu n’est qu’un bel esprit ; nous reléguerons d’Alembert dans ses mathématiques ». Il s’agira ici de contrecarrer le pouvoir des grands esprits, des philosophes, sans apporter pour autant des étudessérieuses et réfléchies. Le contenu des reproches « toujours guindé sur des échasses » emprunte plus à la satire et à la moquerie qu’à la recherche scientifique approfondie, même si le « nous prouverons » tente de poser une réflexion. Ce sont là des successions de jugements sans assises véritables. Seule la richesse et le pouvoir qu’elle engendre peuvent lui permettre de faire ses déclarations, sans pourautant poser ou réclamer le statut d’homme de génie.

Son emprise s’exercerait donc à tous les niveaux. Son éloge de la richesse lui permet donc d’imaginer l’ivresse du pouvoir et ce qu’il en ferait. Mais cet éloge de la richesse sous-tend une charge critique. Tout l’éloge de la richesse, en décrivant les actions dont rêve Lui, revient en effet à remettre en cause la morale entourée d’hypocrisie.II) La place de la morale

- la morale des autres dénoncée

La valeur des gens de son monde transparaît dans le choix de l’expression « les gueux revêtus » qui rappelle que la présence de beaux habits n’empêche pas une morale douteuse. La mention des souffrances passées, « je me rappellerais tout ce qu’ils m’ont fait souffrir », de ce qu’il a subi, laisse présager du comportement de tousles jours de ces gens de bien. Enfin, la possibilité, par le pouvoir, d’astreindre les autres « J’aurai à mes gages » dénonce un trait de caractère pour ceux dont la richesse représente un appât puissant. La réponse intermédiaire du philosophe qui joue sur l’ironie « Au digne emploi que vous feriez de la richesse, je vois combien c’est grand dommage que vous soyez gueux. Vous vivriez là d’unemanière bien honorable pour l’espèce humaine, bien utile à vos concitoyens ; bien glorieuse pour vous. » tente de retrouver dans la charge des puissants une utilité que Lui lui dénie. Cette intervention amènera un jugement sur les philosophes.

Sa diatribe sur les philosophes « nous en donnerons sur dos et ventre à tous ces petits Catons, comme vous, qui nous méprisent par envie ; dont la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le neveu de rameau diderot
  • Commentaire : le neveu de rameau, de diderot
  • Une proposition de fiche : le neveu de rameau de diderot
  • Commentaire diderot, le neveu de rameau (1762)
  • Commentaire Le Neveu de Rameau Denis Diderot
  • Commentaire de la pantomime des gueux dans le neveu de rameau de diderot
  • Commentaire composé sur l'incipit du neveu de rameau de diderot
  • Le neveu de rameau

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !