dissertation interets du conte

1812 mots 8 pages
MIOT Lucie 05/01/15 1ère L DISSERTATION

Note :

/20
Observations :

Le conte, mais plus particulièrement le conte merveilleux, a avant tout été un genre oral, un récit hérité de la tradition dont le schéma narratif reste identique contrairement à la mise en forme. Il appartient au monde de la fiction ce qui explique le systématique « Il était une fois ». Ces contes laissent apparaître des normes sociales ou morales. Ils étaient, à l’origine, destiné aux adultes et c’est à partir du XVIIème siècle, en France, qu’ils rejoignent la littérature de jeunesse. Ces contes peuvent également avoir une fonction critique et vont alors être un moyen pour l’auteur de faire la satire d’un travers de sa société qui le dérange, cela devient alors un conte philosophique. Nous allons alors nous demander en quoi le genre du conte est-il un avantage pour appuyer ses idées ou pour critiquer la société. Pour cela, nous allons d’abord montrer que le premier intérêt du conte est de plaire (grâce à sa fantaisie) au lecteur, ensuite nous prouverons que ce n’est pas un récit si insignifiant pour enfin parler de la force argumentative du conte.

Dans un premier temps, nous allons voir que l’un des intérêts du conte est de plaire au lecteur, ce qui va faciliter l’obtention de son adhésion.

Tout d’abord, le conte est un genre littéraire qui plait à tous, et qui est donc accessible à tous. Les adultes comme les enfants peuvent trouver du plaisir à lire un conte, et cela notamment grâce aux personnages

en relation

  • ecrire une fiche de revision bac
    564 mots | 3 pages
  • Ecrire une fiche de revision
    565 mots | 3 pages
  • censurer les médias serait une atteinte aux droits de l'homme
    3812 mots | 16 pages
  • Dissertation conte philosophique
    655 mots | 3 pages
  • La guerre-voltaire
    919 mots | 4 pages
  • Candide
    637 mots | 3 pages
  • En quoi candide ou l’optimisme est-il un conte philosophique ?
    1022 mots | 5 pages
  • flower
    958 mots | 4 pages
  • Voltaire
    2797 mots | 12 pages
  • la question de l'homme dans le genre de l'argumentation
    2388 mots | 10 pages