Dissertation portant sur la socièté sous l'ancien régime, extrait d'une citation de michel suriano

Pages: 9 (2091 mots) Publié le: 2 décembre 2009
Dissertation

« La nation est partagée en trois ordres, le premier est le clergé, le second est la noblesse », citation de Michel Suriano ambassadeur de Venise lors de son voyage à Paris en 1561. Au cours de l’année qu’il passa en France, il se pencha sur les relations que possédaient les trois ordres entre eux mais aussi sur les rapports que ceux-ci entretenaient avec l'État. Durant cettepériode, la Reine mère Catherine de Médicis assuma la régence lors de la mort de son fils François II pour Charles IX, alors âgé de 10 ans. Immédiatement, elle occupa une place prépondérante dans les affaires politiques françaises. Dès 1562, quand éclatèrent les guerres de religion entre catholiques et protestants, elle n’eut de cesse de trouver des accords entre les opposants afin de pacifier leterritoire Français. Elle fut à l'origine de la signature de nombreux traités de paix, néanmoins elle fut aussi paradoxalement, l’instigatrice du massacre de la Saint-Barthélemy.
Un grand nombre d’évènements ponctuèrent cette époque et parmi eux on peut trouver, la réunion des États généraux en janvier 1561 à Orléans auxquels assistèrent les trois ordres et qui fut organisée en partie, à cause desmêmes conflits que combattait la Reine. Au cours de cette année, on assista de nouveau à une réunion des États Généraux à Pontoise lors de laquelle le roi demanda l’autorisation d’imposer au peuple des impôts supplémentaires, en raison du coût onéreux des guerres menées par le royaume. Suite à un refus de leur part, le roi profita de l’assemblée générale du clergé qui eut lieu en Octobre à Poissy,pour lui imposer une participation financière pour remédier aux dettes de l'État.
La phrase de Michel Suriano est explicite, dans la mesure où elle met en relief le fait que « la nation » n’accordait que très peu de considération au Tiers État. En effet, on peut constater qu’il n’est pas problématique pour lui de désigner le premier ainsi que le second ordre, celui du clergé et de la noblesse.Cependant, en ce qui concerne le troisième ordre composé d’une multitude de « conditions différentes », il ne semble pas lui attribuer un statut particulier ou bien une appellation spéciale et le désigne « sous le nom général de peuple ». Ainsi, on peut s’interroger sur l’organisation des trois ordres au sein de la nation sous l’Ancien Régime. On peut constater qu’avec l’Ancien Régime qui s’étendde la fin de la Renaissance (XVI) à la Révolution française (XVIII), deux ordres profitent exclusivement des privilèges que lui accorde cette société : le clergé (A) ainsi que la noblesse (B) tandis qu’un troisième ordre, le « commun état » (II) est déconsidéré malgré son rôle essentiel au sein de la nation (A). C’est ce sentiment d’injustice, qui le mènera jusqu'à la révolution (B).

I. LESORDRES PRIVILEGIES SOUS L’ANCIEN REGIME

Le royaume était divisé en trois ordres de la société qui établissaient une cohérence réelle et fonctionnelle, chacun ayant une place qui lui était assignée. Ainsi, un premier ordre le clergé, était voué à la prière (A) aux cotés d’un second ordre la noblesse, prédestinée à combattre (B).

A. Le clergé, le premier ordre de la nation

Au XVI ème siècle, leclergé était constitué de différentes origines sociales allant de la noblesse au tiers état. Avec l’apparition du Gallicanisme défini par Pierre Pithou en 1594, le Roi était considéré comme le chef extérieur de l’église. En effet, cette notion instaura des règles réservant à l'église de France une autonomie administrative temporelle et conféra au roi, un droit de regard sur les affaires del'église. Ce sont ces relations étroites entre l’état et l’église, qui contribuèrent à la création d’un ordre public ecclésiastique dans lequel le pouvoir royal n’intervenait pas pour tout ce qui concernait la croyance, la pratique, le service religieux mais qui régissait en contre partie tout ce qui relevait de la vie de l'église dans ces manifestations extérieures qu'elles soient matérielles,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La société française sous l'ancien régime
  • La société d'ordre sous l'ancien régime
  • Les corporation sous l'ancien régime
  • Les avocats sous l'ancien régime
  • Juridictions sous l'ancien régime
  • Clergé sous l'ancien régime
  • Justice sous l'ancien régime
  • la justice sous l'ancien régime

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !