Douleurs, souffrances et misères du corps, alain corbin :

Pages: 7 (1612 mots) Publié le: 26 avril 2012
« Vivre, donc c’est sentir ». Cette citation montre que durant toute une vie, l’individu ressens les choses (ouïe, vue, odorat, touché, goût). L’individu ressent donc aussi la douleur. Dans son livre, Alain Corbin montre et explique le rapport de la douleur et de la souffrance du corps des individus. Faire l’histoire de la douleur et de la souffrance revient aussi à faire l’histoire du corps doncde la sensibilité. « Réserver le terme de douleur à des affects ressentis comme localisés dans des organes particuliers du corps ou dans le corps tout entier, et le terme souffrance à des affects ouverts sur la réflexivité, le langage, le rapport à soi, le rapport à autrui, le rapport au sens » (Paul Ricœur). En effet, la douleur et la souffrance sont deux termes différents. La douleur est un malqui est faite au corps tandis que la souffrance est perçue différemment par les individus. Certains qualifieront une douleur intenable tandis que d’autres diront que cette douleur est supportable. Alain Corbin explique qu’il y a une évolution du rapport entre les individus et les misères du corps. Elles ne sont pas les mêmes au XIXème siècle qu’au XVIIIème siècle, il y a une évolution qui sefait tant sur un plan social que politique. Quelle est donc l’évolution du rapport entre l’individu et son seuil de tolérance vis-à-vis de la souffrance ?
« L’homme ne souffre jamais seulement de son corps, il souffre de tout son être ». La douleur n’est pas strictement physique. Par exemple, il y a différentes façons d’exprimer une douleur ressentie (pleurs, plaintes, sanglots, agitations). DavidLe Breton explique qu’une douleur si elle est trop forte est indescriptible, qu’on ne peut pas la qualifier, la verbaliser. « La vérité de la douleur réside dans celui qui souffre » c’est-à-dire que la douleur ne peut être comprise que par la personne qui souffre. Alain Corbin explique que la douleur peut changer un individu dans son rapport avec les autres, c’est une expérience qui estpsychologique. La douleur créée peu à peu l’identité d’un individu (sa façon de l’exprimer, de la ressentir). Ajoutons à cela que certaines personnes éprouvent du plaisir en souffrant ce qui montre que cette analyse est très complexe. Au court du XVIIIème siècle, il y a la découverte du système nerveux. La sensibilité provient donc du « centre des fonctions qui gouvernent la vie ». Cette découverte lie trèsétroitement le rapport entre le corps et l’esprit et désormais il y a une grande importance qui est donnée à la douleur de l’individu. Au XIXème siècle, de grandes découvertes sont faites. C’est la découverte que la colonne vertébrale est le départ de certains nerfs. A la fin du siècle, la neurologie fait son apparition (étude du cerveau). La douleur ne s’arrête plus qu’à la souffrance physiquemais désormais on se préoccupe de l’état émotionnel de l’individu. Certains pensent que la douleur est nécessaire dans la vie d’un homme car souffrir donne l’espoir à l’individu de guérir donc de se battre pour rester en vie. A l’école, certaines formes de punitions comme les gifles, les coups de règles sont vus comme étant « de la bonne douleur ». Le XIXème siècle correspond à un siècle où le seuilde tolérance baisse, où le rapport à la souffrance change. Avec le développement de l’anesthésie qui permet de ne plus souffrir lors d’interventions chirurgicales. Plusieurs approchent en rapport avec la souffrance montre ceci.
Le corps violenté est aussi un sujet à prendre en considération dans l’histoire des misères du corps. Afin de faire l’histoire du viol il faut être en mesure de connaîtrele seuil de tolérance à propos des violences sexuelles. Quelles sont les limites à ne pas franchir ? Il faut aussi connaître le rapport avec la famille et plus particulièrement avec l’autorité parentale qui est au XVIIIème et au XIXème siècle le père. L’histoire du viol est dépendante de l’importance des représentations et des pratiques de l’union sexuelle. Au début du XIXème siècle, le viol...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La douleur et la souffrance
  • Douleur et souffrance
  • Souffrance et douleur
  • Alain corbin, l'homme dans le paysage
  • Alain corbin, historien du sensible
  • Spendeurs et misère du travail
  • Compte-rendu alain corbin, le village des cannibales
  • Compte rendu critique le territoire du vide : le désir du rivage alain corbin

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !