Droi

932 mots 4 pages
Christèle CLEMENT Fiche de niveau 4. Droit de la famille / Filiation / Etablissement de la filiation / Juin 2007

La possession d'état
La possession d'état se définit comme le fait d'être traité, de se comporter, de se croire et d'apparaître aux yeux des autres comme l'enfant de tel individu. Elle révèle la filiation réellement vécue et, partant du constat que ceux qui agissent réciproquement comme s'ils étaient issus l'un de l'autre le sont souvent en réalité, elle laisse préjuger de l'existence d'un lien de parenté charnelle entre les intéressés. Elle est à la fois expression directe de la filiation socio-affective et présomption de la filiation biologique de son titulaire.

I. Notion
Selon l'article 311-1 du Code civil, "la possession d'état s'établit par une réunion suffisante de faits qui révèlent le lien de filiation et de parenté entre une personne et la famille à laquelle il est dit appartenir". Elle naît de la conjonction d'indices dont le rapprochement laisse supposer l'existence d'un lien de parenté entre les intéressés. L'appréciation en revient aux juges et est appelée à varier selon les circonstances (pour l'admission d'une possession d'état constituée à l'égard d'un homme condamné à mort et exécuté 3 ans après la naissance de l'enfant : Civ. 1ère, 25 octobre 2005, in RJPF 20062/46 p.26). La loi cite à titre indicatif trois faits de nature à valoir comme éléments constitutifs de la possession d'état : le traitement (tractatus), la réputation (fama) et le nom (nomen). Le premier s'entend du fait d'être traité et de se comporter comme l'enfant de tel individu. Il renvoie aux attitudes qu'adoptent habituellement entre eux parents et enfant. Le deuxième recouvre le fait d'apparaître aux yeux de l'entourage comme l'enfant de telle personne. Le troisième correspond au fait de porter le même nom qu'elle. Ce dernier élément, jadis prépondérant, a été relégué au dernier rang par l'ordonnance de 2005 du fait de sa faible valeur indicative. La possession

en relation

  • Droi
    1403 mots | 6 pages
  • Droi
    554 mots | 3 pages
  • Droi )))))))
    251 mots | 2 pages
  • Droi
    2503 mots | 11 pages
  • Droi
    388 mots | 2 pages
  • Droi
    1135 mots | 5 pages
  • Droi constitutinel
    38271 mots | 154 pages
  • Ndeylia droi
    10906 mots | 44 pages
  • Droi communautaire
    73395 mots | 294 pages
  • Droi civ
    4223 mots | 17 pages